Le handicap au regard de l’intimité – Journée d’étude du GT Handicap(s)

Soutenu par le Réseau Santé et Société, le programme Handicap et Sciences Sociales de l’EHESS et le CLERSÉ, le GT handicap(s) organise une journée d’étude autour du thème de l’intimité. Cette journée intitulée « Le handicap au regard de l’intimité », destinée à la présentation de travaux de jeunes chercheur.e.s propose d’interroger ce que l’expérience du handicap, au sens large, questionne et implique aux niveaux de la (re)définition, de la (re)construction, du maintien et de la perte de l’intimité. Elle sera également l’occasion de mettre en réseau des jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales travaillant sur le handicap afin de décloisonner les champs disciplinaires et de croiser les points de vue.

 Le handicap au regard de l’intimité

 10h Accueil du public

10h15 Introduction de la journée

10h30 – 11h10

Maks Banens (Maître de conférences – Centre Max Weber – Université Lyon 2)

« L’accès à la vie de couple des jeunes handicapés »

11h10 – 12h10

Axe 1 : Partager l’intimité

Discutante : Gabrielle Lambin

David Sauzé (Doctorant en sociologie – CESSP – CSE – EHESS)

« Handicap psychique et institution : les ambivalences de la notion d’intimité »

&

Christine Gruson (Docteure en sociologie – CLERSE – Université de Lille 1)

« Quelle intimité pour les mères étiquetées handicapées mentales ? »

– – –  12h10-13h30 – Déjeuner – – –

13h30 – 14h10

Alain Giami (Directeur de recherche à l’Inserm U 1018 – Directeur scientifique de la Chaire Unesco : Santé sexuelle et Droits humains)

« Les évolutions de la question sexuelle chez les handicapés depuis les années 80 : permanence et changements »

14h10 – 15h10

Axe  2 : L’intimité au fil des espaces et des objets

Discutant : Aurélien Berthou

Marion Blatgé (Docteure en sociologie – IDHE)

« Les outils de la déficience visuelle, des objets intimes ? »

&

Godefroy Lansade (Doctorant en anthropologie – Centre Norbert Elias – EHESS)

« Handicap mental et intimité au sein d’un lycée d’enseignement professionnel : l’Unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis) comme espace d’intimité »

15h20 – 16h20

Axe 3 : Un droit à l’intimité ?

Discutant : Pierre Brasseur

Pierre Dufour (Docteur en sociologie – ATER Université de Toulouse le Mirail – LISST-CERS)

« L’assistance sexuelle au prisme du modèle social »

&

Noémie Aulombard (Etudiante en Master 2 Histoire de la pensée politique – IEP Lyon – ENS Lyon)

« Considérations philosophiques sur l’enjeu d’un droit à l’intimité »

16h20 – 17h20

Axe 4 : Représentations de l’intimité

Discutante : Charlotte Ricci

Lucie Nayak (Doctorante en sociologie – ATER Université Paris Ouest – Sophiapol-Lasco)

« De l’ « ange » et la « bête » à la « personne » : une évolution des représentations de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales »

&

Paul-Fabien Groud (Doctorant en anthropologie – CREA – Université Lumière Lyon 2)

« Faire-corps des handisportifs avec le fauteuil électrique et anthropologie audiovisuelle : regarder autrement pour (ré)interroger l’intimité des personnes en situation de handicap »

17h40 – 18h40

Clôture de la journée : Lecture mise en espace d’extraits de « Des graines dans ma tête »

par le Théâtre de l’Instant

Nicolas-Brimeux/Dominique Hache – Mise en scène : Anne-Marie Storme

 

Comité scientifique et d’organisation

Aurélien Berthou (Doctorant au CERLIS – Université Paris Descartes)

Pierre Brasseur (Doctorant au CLERSÉ – Université Lille 1)

Gabrielle Lambin (Étudiante en Master 2 PPLS – Université Lille 1)

Charlotte Ricci (Doctorante au Laboratoire Scènes et Savoirs – Université Paris 8)

Inscription & Renseignements

Afin de pouvoir préparer la journée au mieux, veuillez s’il-vous-plaît remplir les informations ci-dessous et les renvoyer à l’adresse gthandicaps@gmail.com

avant le mardi 15 janvier 2013

Pour tout renseignement, merci de nous contacter à l’adresse suivante : gthandicaps@gmail.com

NOM & PRENOM :

STATUT & AFFILIATION :

ADRESSE E-MAIL & TELEPHONE:

 

Pour venir à l’espace culture

 Accès Piéton : Métro Cité Scientifique, suivre la rame de métro aérienne en direction de la Bibliothèque universitaire, l’Espace Culture est sur votre droite.

 Accès Voiture : la circulation est réduite sur le campus en raison de travaux. Le parking P2 reste néanmoins disponible derrière l’Espace Culture et la MDE.

  • Adresse : Espace Culture – Université Lille 1 – Cité Scientifique – 59655 Villeneuve d’Ascq
  • La salle de l’Espace Culture est accessible aux fauteuils roulants
  • Un espace café et restauration légère se situe dans les locaux de l’Espace Culture

En cas de problème d’accès durant la journée d’étude veuillez contacter

Pierre Brasseur : 06 78 15 01 36

Appel à communication : Le handicap entre trajectoires individuelles et logiques institutionnelles : emploi, travail, politiques sociales

Colloque international en sciences sociales Laboratoire CeRIES, Université Lille 3 Jeudi 11 et Vendredi 12 avril 2013

Le champ du handicap en France a été récemment réformé par la loi de 2005 pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Elle crée les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) comme guichets uniques, une nouvelle « commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées » et met en place la prestation de compensation du handicap. Le projet de vie censément recueilli auprès des demandeurs doit guider la réponse institutionnelle.

Mais le contexte économique et social accentue les pressions sur les institutions des politiques sociales du handicap : hausse du chômage et déstabilisation des emplois, réforme des retraites, pressions sur les bénéficiaires du revenu de solidarité active, mais aussi réévaluation de l’allocation adulte handicapé (AAH). Le handicap peut paraître un îlot protégé, une zone de repli. Cette situation accentue certains débats : rapports sur l’AAH appelant à un durcissement des critères pour mieux distinguer le handicap de l’insertion, dénonciations des efforts insuffisants pour l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés, persistances des discriminations… Les moyens manquent pour assurer un suivi de qualité des usagers des MDPH ou des demandeurs d’emplois handicapés. L’accès et le maintien dans l’emploi restent particulièrement difficiles.

Ces évolutions sont communes à de nombreux pays occidentaux, avec des variantes nationales : choix de politiques de quota ou législations anti-discriminations, insistance plus ou moins forte sur le secteur protégé, activation plus ou moins sévère des aides et pensions liées au handicap.
Les recherches en sciences sociales sur le handicap, longtemps moins développées en France que chez ses voisins, semblent connaître un important développement depuis une dizaine d’années : grandes enquêtes statistiques, recherches ethnographiques, appels à projets de recherche, nouvelle revue spécialisée installent peu à peu ce thème de recherche dans les sciences sociales françaises. Ici comme dans d’autres domaines, les échanges avec les courants internationaux paraissent encore insuffisants, même si certaines initiatives cherchent à les renforcer.

Les sciences sociales permettent d’importer dans le champ du handicap un ensemble de problématiques auquel il était peut-être moins fait attention : influence de la position sociale, du genre, attention à une construction sociale du handicap, réflexion sur la discrimination… Mais le handicap interroge également les évolutions sociales de fond et les réflexions en sciences sociales : sociologie des parcours de vie, « activation » et individualisation de l’organisation du travail, sociologie de la famille… Il peut permettre d’interroger à nouveaux frais les rapports entre individus et institutions, les débats sur le constructivisme social comme les transformations des marchés du travail et du capitalisme contemporain.

Le colloque international « Le handicap entre trajectoires individuelles et logiques institutionnelles : emploi, travail, politiques sociales », financé dans le cadre de l’appel à projets IReSP/MiRe/CNSA, vise à faire le point sur l’état des recherches françaises et à accueillir des contributions internationales sur les thématiques concernant plus particulièrement le handicap, l’emploi et les politiques sociales. Les communications attendues en français ou en anglais s’inscriront dans trois axes :

* Les personnes handicapées face aux politiques de l’emploi
* Les personnes handicapées au travail
* Ruptures professionnelles, ruptures biographiques

Les recherches présentées s’inscriront dans le contexte français ou un autre contexte national ou supra-national et pourront porter sur les institutions, sur les parcours individuels ou idéalement sur les deux. Les méthodes employées pourront être quantitatives ou qualitatives, ou encore s’appuyer sur l’exploitation d’archives. Elles devront être clairement précisées.

*Axe 1 : Les personnes handicapées face aux politiques de l’emploi *

Les politiques de l’emploi en faveur des travailleurs handicapés sont très différentes d’un État à l’autre et s’inscrivent dans des marchés de l’emploi nationaux qui peuvent être très distincts. Les politiques sociales du handicap se trouvent quant à elles prises dans des questions plus larges sur la protection sociale, la solidarité nationale et les politiques de remise au travail – souvent désignées sous le terme général d’activation des politiques sociales. Elles sont travaillées par les tendances à l’individualisation, voire à la subjectivisation du traitement, par la nécessité de pallier aux déficiences, la volonté de limiter les coûts…

Au niveau européen voire extra-communautaire, quelles convergences et quelles disparités observe-t-on entre des États sociaux de traditions différentes ? Quelle prise en compte des attentes et besoins des bénéficiaires, quelles injonctions ou contraintes sont à l’œuvre dans les divers États, membres ou non de l’Union Européenne ? Comment les handicaps les plus lourds sont-ils pris en compte ? Comment l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés est-elle organisée, quels problèmes rencontre-t-elle ? Quels bilans peut-on tirer des politiques contraignantes de retour à l’emploi mises en œuvre par exemple au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas ?

Les enjeux de définition d’une population handicapée ou en situation de handicap paraissent également intéressants à étudier, tant d’un point de vue historique, politique que juridique, dans une configuration nationale particulière comme dans une comparaison internationale. Comment a-t-on construit les catégories de bénéficiaires des politiques sociales du handicap ? Comment différentes populations accèdent-elles ou non à la qualification de handicap et aux droits qui en découlent ?

En France, la loi de 2005 a relativement peu affecté l’organisation des politiques de l’emploi en direction des travailleurs handicapés, mis à part de nouveaux modes de calcul du quota d’embauche de travailleurs handicapés. Elle a en revanche cherché à transformer la relation des demandeurs aux institutions des politiques sociales du handicap. L’expression d’un projet de vie, les réflexions sur l’employabilité des demandeurs de l’allocation adulte handicapé cherchent à rapprocher l’institution et ses usagers. Comment ces transformations affectent-elles effectivement les parcours des demandeurs ? Dans d’autres situations nationales, comment s’articulent politiques sociales du handicap et politiques de l’emploi ? Comment le motif de l’individualisation du traitement est-il repris ? Inspire-t-il des pratiques d’accompagnement particulières ?

*Axe 2 : Les personnes handicapées au travail *

L’accès à l’emploi de demandeurs en situation de handicap est souvent difficile : du côté des individus, en sus des limitations dues aux déficiences, les arrangements pratiques mis en place, l’environnement social, la qualification professionnelle peuvent être des « freins » ; du côté des recruteurs, des préventions voire de la discrimination existent, les dispositifs d’aide et d’adaptation restent méconnus, les offres réservées sont souvent en inadéquation avec les profils des demandeurs d’emploi. Le maintien dans l’emploi de travailleurs handicapés peut également être complexe.

Comment se fait l’intégration des travailleurs handicapés dans différents environnements de travail ? Peut-on distinguer des situations différentes selon les déficiences, le statut public ou privé de l’employeur ? Quels usages sont faits du statut de travailleur handicapé, du côté des travailleurs, des employeurs, des services de placement ou de maintien dans l’emploi ?

Plusieurs pays ont mis en place un secteur de travail protégé, à destination notamment des personnes déficientes intellectuelles ou souffrant de troubles psychiques. Comment concrètement ces établissements gèrent-ils la « liminalité » liée au caractère « protégé » du travail ? Quels liens sont-ils faits entre l’activité productive et les autres dimensions de l’accompagnement ? Certains établissements expérimentaux, à destination de jeunes déficients intellectuels ou de personnes souffrant de troubles psychiques, cherchent à établir des liens plus forts entre milieu ordinaire de travail et milieu protégé. Comment se font concrètement ces liens ? Quelles difficultés ces établissements rencontrent-ils ?

Les contributions attendues dans cet axe s’intéresseront aux personnes handicapées au travail. Elles peuvent se placer du point de vue des travailleurs handicapés et de leurs proches comme des employeurs, des associations de personnes handicapées, des organisations syndicales, des services de santé au travail, des services de maintien dans l’emploi ou d’accompagnement de demandeurs d’emploi handicapés, des acteurs du secteur protégé etc.

*Axe 3 : Ruptures professionnelles, ruptures biographiques *

Que les déficiences soient congénitales ou acquises, les situations de handicap influencent les parcours de vie des personnes concernées et de leur entourage. Comment le handicap rend-il particulières les transitions identifiées par la sociologie des parcours de vie ? En particulier comment les problématiques liées à la jeunesse, à la vie familiale et professionnelle, au vieillissement sont-elles affectées ? En quoi l’âge de survenue du handicap est-il significatif ?

La question de l’orientation professionnelle est bien souvent particulièrement épineuse pour les jeunes en situation de handicap et pour les personnes devant trouver une reconversion professionnelle. Vers quel emploi se tourner quand une inaptitude est prononcée dans un métier qu’on avait pratiqué toute sa vie ? Quand l’accident, la maladie, l’accentuation de troubles rendent inconcevables la poursuite du travail antérieur ? Comment négocier le passage de l’âge scolaire à l’emploi pour des jeunes à la scolarité heurtée ? Quand la survenue d’un handicap remet en cause les projets de formation ? Comment trancher entre persévérance dans le milieu ordinaire et orientation vers le milieu protégé ?

Liés à ces questions, les enjeux de la formation professionnelle, adaptée ou non, sont également importants : comment se font ces orientations ? Que se passe-t-il pendant ces formations ? Et en en sortant ? Sur un temps plus long, comment les personnes en situation de handicap envisagent-elles leur formation ?

Les problèmes se posent différemment pour les travailleurs handicapés en emploi. Comment organiser le maintien dans l’emploi, l’adaptation du poste de travail ? Comment faire face à l’apparition de problèmes de santé, à leur aggravation ? Comment se fait l’intégration au milieu de travail ? Le vieillissement des travailleurs handicapés, en milieu ordinaire ou protégé, pose également question : comment gérer l’évolution des capacités du travailleur, comment s’organise le passage à la retraite ? La réforme des retraites et l’accroissement des problèmes de santé avec l’âge amènent-elles de nouvelles catégories de population à demander un statut de travailleur handicapé ?

Dans certaines situations, la survenue du handicap ou son aggravation soudaine constitue une rupture biographique. Comment ces ruptures sont-elles vécues ? A quelles reconfigurations conjugales, familiales, professionnelles donnent-elles lieu ? Comment est affecté le rapport à soi-même, à son corps, à sa biographie ?

Pour ces personnes comme pour celles pour qui l’entrée en handicap est plus progressive ou remonte à l’enfance, comment en arrive-t-on à faire des demandes administratives liées au handicap ? Comment sont coordonnées les prises en charge des différents problèmes qui peuvent apparaître simultanément (problèmes de santé, rapports à la MDPH et aux organismes de protection sociale, vie scolaire ou professionnelle, autres problèmes concomitants…) ? Comment ces parcours de vie marqués par le handicap interrogent-ils la notion de « projet de vie » présente dans les politiques sociales du handicap françaises ?

*Modalités *

Les interventions attendues s’appuieront sur un travail de recherche en sciences sociales. Elles pourront s’intéresser au cas français comme à d’autres contextes nationaux. Les contributions de jeunes chercheurs feront l’objet d’une attention particulière. Le colloque est bilingue, il comportera une session plénière et des temps en atelier en français et en anglais. Des modalités de traduction seront mises en place pour une meilleure compréhension mutuelle. A l’issue du colloque, un ouvrage sera publié réunissant une sélection de communications. Des premiers contacts ont été pris avec les Presses Universitaires du Septentrion et les Presses Universitaires de Grenoble.

Le calendrier est le suivant :

* Date limite pour les propositions de communication : * *lundi 3 **
**décembre 2012**
– Les propositions de communication feront figurer les nom et
prénom, qualité, discipline, institution de rattachement,
coordonnées mails de l’auteur-e ou de chacun des co-auteur-e-s.
Rédigées en français ou en anglais, elles feront de 3000 à 5000
signes, précisant le titre, la problématique, la méthode employée,
les matériaux d’enquête et type d’exploitation de ces matériaux, des
éléments indicatifs de la bibliographie sollicitée. Elles doivent
être envoyées par mail à l’adresse ceries.recherche AT
univ-lille3.fr sous format RTF, ODT ou DOC.

* Sélection des communications pour le *lundi 14 janvier 2013*

* Envoi des communications : *vendredi 15 mars 2013*
– Les communications, écrites en français ou en anglais, pourront
faire 45 000 caractères maximum et devront comporter un résumé (1
500 signes maximum).

* Colloque : jeudi 11 et vendredi 12 avril 2013

*Comité d’organisation* : Louis Bertrand, Vincent Caradec, Muriel Delporte, Jean-Sébastien Eideliman

*Comité scientifique* : Jean-Claude Barbier, Jean-Yves Barreyre, Louis Bertrand, Alain Blanc, Marie-Christine Bureau, Marcel Calvez, Vincent Caradec, Muriel Delporte, Michel Desjardins, Jean-Sébastien Eideliman, Benoît Eyraud, Anders Gustavsson, Claude Martin, Barbara Rist, Eric Samoy, Pierre Vidal-Naquet, Isabelle Ville, Florence Weber.

Colloque « Le monstrueux et l’humain » 7 Juillet

Débats pluridisciplinaires


Université Paris Diderot – Institut des Humanités de Paris

et l’Université de Californie à Berkeley – Townsend Center for the Humanities

Qu’est ce qu’un monstre?

Quelles sont les limites de l’humain?

Comment vit-on la monstruosité du corps?

Timothy Hampton (Berkeley) and Simone Korff-Sausse (Paris Diderot)

Susan Schweik (Berkeley) and Anne-Lyse Chabert (Paris Diderot)

Le monstrueux 7 juillet invitation PDF

Le handicap au regard de l’intimité – 2ème journée du GT Handicap(s) – Appel à communications

APPEL À COMMUNICATIONS

Journée d’étude interdisciplinaire « Le handicap au regard de l’intimité »

21 janvier 2013 – Lille

Le Groupe de travail Handicap(s) du Réseau des jeunes chercheurs Santé et Société lance un appel à communications pour sa journée d’étude interdisciplinaire « Le handicap au regard de l’intimité ».

 L’intimité recouvre une extrême diversité de domaines, de situations et d’enjeux, tant les sens qu’elle prend sont variables d’une personne à une autre. Dans le champ des sciences humaines et sociales, la notion d’intimité est souvent associée à celle de vie privée. Cependant, cette dernière renvoie davantage à une notion politique, alors que la première renvoie à une activité sociale (Bawin, Dandurand, 2003), un territoire réservé « à soi », ou « à nous », dans lequel autrui ne peut a priori entrer que s’il y est invité (Neuburger, 2000).

 Les procédés par lesquels ce territoire est (re)créé sont multiples. Ils peuvent mettre en jeu le corps (Le Breton, 2008), la sexualité et l’amour (Giddens, 2004), l’espace (Mallon, 2004), les conditions matérielles d’existence (Le Borgne Uguen & Pennec, 2000), etc. Ses contenus sont tout aussi divers. L’intimité peut notamment se (re)créer dans la production et la conservation d’un monde commun, ou personnel, dans la reconnaissance offerte par un proche, ou encore dans le dévoilement et le partage de ses secrets avec autrui. Le type d’intimité joue alors sur les contenus qu’elle nécessite, car l’intimité est plurielle : elle peut être personnelle, conjugale, amicale, familiale, professionnelle, etc.

 L’objectif de cet atelier est d’interroger ce que l’expérience du handicap, au sens large, questionne et implique aux niveaux de la (re)définition, de la (re)construction, du maintien et de la perte de l’intimité. Dans cette perspective, les jeunes chercheur.e.s sont invité.e.s à proposer une communication s’inscrivant dans l’un des quatre thèmes suivants.

Thème 1 : Partager l’intimité

 Les personnes présentant une déficience et/ou un handicap d’apparence (Le Breton, 1991) sont, dans de multiples situations (par exemple lors d’un soin à domicile ou lors d’un séjour en centre de rééducation), amenées à faire entrer autrui dans leur intimité, à la partager. Ce partage n’est pas spécifique aux personnes handicapées, en revanche, l’expérience du handicap modifie ses contours. Elle oblige à un partage (plus étendu) de certains domaines de l’intime, qui n’est pas sans incidence pour la (re)construction de soi, mais aussi sur les rapports entretenus avec autrui. Si ce partage peut être vécu librement et positivement – notamment lorsqu’il permet une meilleure compréhension auprès d’autrui de l’expérience personnelle du handicap – ce partage peut également être vécu négativement et sous le mode de la contrainte, parfois jusqu’au point d’être ressenti comme une humiliation et une absence de reconnaissance de soi (Honneth, 2006). De nouvelles stratégies de défense de l’intimité peuvent alors émerger, que ce soit pour défendre l’intimité de la personne handicapée, ou celle des personnes avec qui elle est en lien. De nombreuses questions se posent ; certains types et domaines d’intimité sont-ils plus difficiles à (faire) partager que d’autres ? Quelles pratiques (dé)favorisent ce partage ? Certains cadres (sanitaires, spatiaux, relationnels, etc.) le limitent-ils ? Pour quels motifs et enjeux, la personne handicapée, et les individus en relation avec celle-ci, refusent-ils parfois ce partage ? La lourdeur de la déficience, ainsi que certaines variables (comme le milieu social, le genre, le capital économique, etc.) jouent-t-elles un rôle dans la possibilité de ce refus ?

  Thème 2 : L’intimité au fil du temps et des objets

 L’intimité est un territoire qui, s’il peut être étudié à partir d’un cadre ou d’un moment donné, peut également l’être sous l’angle de ses changements et de son évolution à travers le temps. Au fil des âges, des parcours dans les institutions, des étapes dans la rééducation, ou encore de la trajectoire des relations avec les proches et les personnels médicaux, l’intimité reste rarement inchangée. Elle peut s’user, se détériorer, tout comme se renforcer, ou faire intervenir de nouveaux éléments qui participent à sa (re)définition. Certaines temporalités, par exemple lors d’un séjour en institution, sont-elles alors plus propices que d’autres à la (re)construction d’une intimité ? La durée des séjours en institution joue-t-elle sur l’intimité ? La succession des atteintes à l’intimité de la personne handicapée, et parfois à celle des autrui qui partagent sa vie, fini-t-elle par avoir des conséquences au-delà du domaine de l’intime ? De quelles façons le temps influe-t-il sur l’acceptation, ou le refus, du dévoilement du corps intime de la personne handicapée ? La définition de l’intimité pouvant être multiple, les objets prolongeant le corps afin de remédier à une situation de handicap (par exemple une prothèse, un fauteuil roulant) peuvent parfois être adjoints à l’intimité par leurs utilisateurs. De même, l’intimité ne se situe pas seulement au niveau du corps biologique : celle-ci peut aussi être appréhendée à travers les objets constitutifs du quotidien de la personne en situation de handicap. Par exemple, dans le cas du prolongement du corps par un appareillage, une prothèse ou un fauteuil roulant. Le temps et la durée de l’utilisation jouent-t-ils sur l’incorporation de ces objets dans le domaine de l’intime ? Le recours répété aux objets de l’univers du handicap conduit-il à une plus grande acceptation de ceux-ci dans l’intimité ? Quels rôles jouent ces objets vis-à-vis de l’intimité de la personne handicapée ?

  Thème 3 : Un droit à l’intimité ?

 L’intimité sera ici considérée dans ses relations avec le droit, ses (possibles) évolutions législatives et ses effets sur les pratiques. Alors que le respect de la vie privée et de la liberté sexuelle sont désormais des droits affichés et revendiqués, l’intimité n’est pas pour autant devenue une zone de non-droit (Py, 1999). En France, l’article 9 du Code civil précise que « chacun a droit au respect de sa vie privée. Les juges peuvent (…) prescrire toutes mesures (…) propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l’intimité de la vie privée ». Mais le handicap semble parfois compliquer les choses, obligeant le législateur à préciser l’esprit de la loi. La loi 2002-2 va rappeler que « toute personne prise en charge par des établissements et services sociaux et médico-sociaux [se voit assurer] le respect de sa dignité, de son intégrité, de sa vie privée, de son intimité et de sa sécurité », alors que quelques années plus tard la loi 2005-102 précise que « les établissements et services [… doivent assurer] un milieu de vie favorisant l’épanouissement personnel et social. ». Ainsi, l’idée de permettre à tout un chacun d’avoir son intimité, quelles que soient les conditions de vie, semble faire son chemin au niveau législatif. Alors que le poids de l’institution rend parfois difficile l’accès à cette pleine intimité (Giami, Colomby, 2008) de nombreux acteurs (associatifs, professionnels, politiques) vont se mobiliser pour modifier les lois et favoriser ainsi l’accès aux diverses intimités (corporelle, sexuelle, conjugale, familiale, spatiale, etc.) : éducation à la sexualité, mobilisation autour, de la contraception, de l’accompagnement sexuel, etc. Les propositions sont multiples.

Quels sont les effets réels de ses lois ? Les éventuels arrangements avec la loi ? Quelles sont les évolutions/innovations législatives en cours ? Qu’en est-il des mobilisations autour de ces thèmes ? De même alors que la notion de « santé sexuelle » – qui fait de l’intimité sexuelle l’un des vecteurs du bien-être qu’il convient désormais de rechercher (OMS, 1975) –, est promue et revendiquée au niveau international, qu’en est-il de sa véritable application dans le champ du handicap ? Et quid de la situation hors de France ?

  Thème 4 : Représentations de l’intimité

 Comment se représente-t-on l’intimité des personnes handicapées ? La diversité des représentations est inscrite dans de nombreux domaines, tels que les œuvres littéraires et cinématographiques, les arts du spectacle vivant, etc. Cet axe se propose d’interroger les représentations de l’intimité autour de deux domaines. Tout d’abord, celle des représentations sociales : l’intimité de la personne handicapé est l’objet de représentations qui la dépasse, comme le montrait déjà Giami au début des années 80 à propos de la sexualité des handicapés mentaux du point de vue des professionnels et des parents (Giami, 1983). Que ce soit de la part des proches, des professionnels, des personnes en situation de handicap elles-mêmes, ou bien, par exemple, dans les œuvres littéraires ou cinématographiques, quelles sont ces représentations de l’intimité ? Par ailleurs, une attention tout particulière sera portée aux analyses liées aux arts du spectacle vivant et de la scène, qui permet d’entrevoir le corps handicapé à travers les difficultés de sa représentation. En effet, l’atypisme du corps s’impose au regard et peut devenir objet de rejet ou de fascination. Si l’on considère la déficience, et ses atteintes, comme faisant partie intégrante de l’intimité de la personne, comment cette dernière est-elle appréhendée dans un espace qui donne à voir, telle la scène artistique ? Le fait de mettre en scène l’intimité des personnes handicapées renvoie-t-il à une forme d’exhibitionnisme ou bien à un dépassement de la stigmatisation du corps handicapé ? La relation au public, qui appréhende le handicap à travers la création artistique, permet-elle d’ouvrir le regard du spectateur et de l’entraîner (de façon intime) dans le corps de l’autre ?

 Indications bibliographiques

 Bawin B., Dandurand R. (dir.), « De l’intimité », Sociologies et sociétés, vol. 35, n°2, 2003.

Colomby (de) P., Giami A., « Relations sociosexuelles des personnes handicapées vivant en institution ou en ménage : une analyse secondaire de l’enquête, (HID) ». ALTER, 2, pp. 109–132, 2008.

Giami A., Humbert C., Laval D., L’ange et la bête : Représentations de la sexualité des handicapés mentaux chez les parents et les éducateurs, Paris, Editions de CTNERHI, 1983.

Giddens A., La transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes [1992], Paris, La Rouergue/Chambon, 2004.

Honneth A, La Lutte pour la reconnaissance [1992], Paris, Le Cerf, 2000

Le Borgne Uguen F., Pennec S., L’adaptation de l’habitat chez des personnes ( de plus de 60 ans ) souffrant de handicaps et / ou de maladies et vivant a domicile, Mire, 2000.

Le Breton D., Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 1990.

Le Breton D., « Handicap d’apparence : le regard des autres », Ethnologie française, 21, 3, 1991.

Mallon I., Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Rennes, PUR, 2004.

Neuburger R., Les territoires de l’intime : l’individu, le couple, la famille, Odile Jacob, Paris, 2000.

O.M.S., « Education and treatment in human sexuality: The training of health professionals », Report of a WHO Meeting, 1975.

Py B., Le sexe et le droit, PUF, Paris, 1999.

 

 Les propositions de communication, de 2000 signes environ, devront préciser l’objet de la réflexion ou de la recherche (avec le(s) corpus et la ou les méthodes utilisées), et contenir les informations suivantes sur la/le chercheur(e) : nom, prénom, statut, discipline, affiliation, adresse e-mail et numéro de téléphone. La journée est organisée à destination des jeunes chercheur.e.s. Il est entendu par jeunes chercheur.e.s des personnes en master 2, doctorat, docteur.e ayant récemment soutenu.e, ou post-doctorant.e.

 Les propositions sont à envoyer à gthandicaps@gmail.com avant le 1er octobre 2012. Les communications seront sélectionnées et les auteur.e.s prévenu.e.s à partir du 15 octobre 2012.

 La journée d’étude aura lieu le 21 janvier 2012 au CLERSÉ à l’Université des Sciences et Technologies Lille 1. Une prise en charge financière des déplacements des communicant.e.s sera mise en place. Pour tout renseignement : gthandicaps@gmail.com

 

 

Comité scientifique et d’organisation

Aurélien Berthou – doctorant au CERLIS – Université Paris Descartes

Pierre Brasseur – doctorant au CLERSÉ – Université Lille I

Marie Le Clainche-Piel – doctorante au GSPM – EHESS

Charlotte Ricci – doctorante au Laboratoire Scènes et Savoirs – Université Paris 8

Le handicap : un enjeu de civilisation – 8 octobre 2012

Lundi 08 octobre 2012  |  La Rochelle (17000)

Le handicap : un enjeu de civilisation

Handicap: an issue for civilisation

Résumé

Le handicap est souvent perçu comme une défaillance, une infirmité, un malheur, bref un manque à combler ou un défaut à réparer. Mais si les personnes « en situation de handicap », comme on dit maintenant, avaient au contraire bien des choses à nous apprendre ? Car elles nous confrontent aux paradoxes existentiels que sont la vulnérabilité, l’incomplétude, la dépendance, l’altérité, autant de gageures qui nous interrogent et nous obligent à envisager et inventer des modalités alternatives de l’existence. Cette journée propose un renversement de perspective qui montrerait que le handicap n’est pas un phénomène limité et spécifique, mais pose des défis fondamentaux à notre civilisation.

Annonce
Séminaire en sciences de l’homme et sociétés organisés par Gérard Laniez pour la Ville de La Rochelle
Sous la direction scientifique de Simone Korff-Sausse, psychanalyste, maître de conférences Université Paris VII Denis Diderot

Programme

Matinée

  • Alain Blanc, professeur des Universités, sociologue, Université Pierre Mendès France de Grenoble, chercheur au Centre de Recherche « Sens, Éthique, Société » (CERSES), Sorbonne, Paris, Cité.
    « Handicap et démocratie »
  • Régine Scelles, professeur des Universités en psychopathologie, 
responsable du master 2 Recherche, Université de Rouen & responsable du diplôme d’Université « Ressources et Vulnérabilités des Familles: Thérapies familiales et travail social ». Directrice de la revue « Dialogue », Laboratoire Psy-NCA EA 4306
    « Dès le berceau, tous les bébés baignent dans la culture. Les bébés handicapés aussi»

Pause

  • Erika Barreto-Magalhães, pédagogue, docteur en sociologie (Université de Strasbourg) et en sciences de l’éducation (Université du Ceará – Brésil)
    « Dépendance physique et construction de l’autonomie chez les personnes atteintes d’un handicap sévère. Une approche anthropologique entre la France et le Brésil.»

Après-midi

  • Pierre Ancet, maître de conférences en philosophie, chercheur au Centre Georges Chevrier – Université de Bourgogne, CNRS. Il est directeur de l’Université pour Tous de Bourgogne (UTB)
    « Emblématisation de la personne en situation de handicap – Tendances à la survalorisation compensatoire »
  • Georges Saulus, psychiatre, médecin conseiller technique, Association Le Clos du nid, Marvejols.
    « Le polyhandicap sévère : un enjeu limite »

Pause

  • Johan De Groef, pédagogue et psychanalyste, directeur de l’Asbl Zonnelied, président de l’Association européenne pour la santé mentale et handicap mental (European Association on Mental Health in Intellectual Disability) & Simone Korff-Sausse, psychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Paris, maître de conférences Université Paris VII Denis Diderot
    « Éloge de la vulnérabilité, enjeux psychanalytiques et institutionnels.»

Points de vue d’un directeur de centre et d’une psychanalyste »

Information complémentaires

  • Prix entrée : 20 euros
  • Votre inscription ne pourra être remboursée après avoir été validée.
  • Inscription obligatoire (120 places disponibles)

Mots-clés
  • handicap, handicapés, différent, autisme, autre, humain, ville
Fichiers attachés
Lieu
  • La Rochelle (17000) (Quai Louis Prunier (Hôtel Mercure))
Date
  • lundi 08 octobre 2012
Contact
  • Gérard Laniez
    courriel :SSHS (at) orange [point] fr

    5 rue de l’Aimable Nanette – La Rochelle (17000)
  • Axel Landy
    courriel :axel [point] landy (at) ville-larochelle [point] fr

    Mairie de La Rochelle, Affaires culturelles – La Rochelle (17000)
Source de l’information
  • Gérard Laniez
    courriel : SSHS (at) orange [point] fr

Pour citer cette annonce

« Le handicap : un enjeu de civilisation », Journée d’étude, Calenda, publié le mardi 12 juin 2012, http://calenda.revues.org/nouvelle24474.html

Colloque: L’Etat des droits. Pratiques des droits dans l’action publique. 25-26 juin Villetaneuse/Paris

COLLOQUE
L’Etat des droits
Pratiques des droits dans l’action publique
Colloque organisé par
Pierre-Yves Baudot (CESDIP-UVSQ et Sciences Po, CEE) et Anne Revillard (CERAL, Université Paris 13)
 
25 et 26 juin 2012
Université Paris 13 – Villetaneuse et Sciences Po Paris 
 

Programme :

LUNDI 25 JUIN – UNIVERSITE PARIS 13 VILLETANEUSE
Amphi C – Institut Galilée 
9h-9h30 – Accueil des participant-e-s
 
9h30-9h45 – Mot d’accueil : Fabien Jobard (CESDIP – CNRS), Robert Etien (Université Paris 13, CERAL)
 
9h45-10h – Introduction générale : Pierre-Yves Baudot (CESDIP-UVSQ et Sciences Po, CEE) et Anne Revillard (CERAL, Université Paris 13)
SESSION 1 – 10h30-12h00 : Jeux d’échelles, conflits de normes et dynamiques transnationales  dans la production des droits
Président-e : à confirmer
Discutant : Daniel Sabbagh  (Sciences Po, CERI)

Samer  Ghamroun (ISP, ENS Cachan) : L’État de quels droits ? Mobilisations et action publique familiale au Liban à l’épreuve du pluralisme juridique
Lisa Vanhala (University College, London) : Strategy Entrepreneurs and the Diffusion of Environmental Rights in Europe
Lucie Lamarche (Université d’Ottawa) : Lorsque les Canadiennes mobilisent le droit international des droits de la personne
SESSION 2 – 13h30-15h15 : Les droits en mouvements : mobilisations et usages des droits
Président : Eric Agrikoliansky (Irisso, Université Paris Dauphine)
Discutante : Laure Bereni (CMH, CNRS)

Christophe Traïni (CHERPA, IEP Aix-en-Provence) : Sensibilités militantes et juridicisation des griefs. Les promoteurs des “droits de l’animal” et les contextes étatiques
Sara Garbagnoli (CESSP – EHESS) : Tordre le droit : les couples homosexuels sont-ils des couples ? La campagne d’« affirmation civile » (2008-2010). Eléments pour l’ethnographie d’une coalition situationnelle
Valérie Larrosa et Gildas Hivert (LaSSP/IEP Toulouse) : Contester le droit, contester par les droits: les mobilisations contre le fichier « base-elève »
Sophie Jacquot et Tommaso Vitale (Sciences Po, CEE) : Rights as weapons of the weak ? Roma and women’s groups in the European interests representation system
 
SESSION 3 – 15h30-17h00 : Le tribunal des droits : arène judiciaire et politique des droits
Président : Fabien Jobard (CESDIP, CNRS)
Discutante : Liora Israël (CMH, EHESS)

Aude Lejeune (Université de Liège) : Mobilisations du droit, dans ou hors des tribunaux ? La lutte contre les discriminations à l’emploi en Belgique et en Suède
Émilie Biland et Gabrielle Schütz (Université Laval) : Le droit des couples non mariés à leur séparation. Justice et politique au Québec
Claire de Galembert (ISP, ENS Cachan) : La référence aux droits en prison au prisme de l’exercice de la liberté religieuse
 
 
17h00-17h30 Conclusion : Jacques Commaille (ISP, ENS Cachan)
*****
MARDI 26 JUIN – SCIENCES PO PARIS
Sciences Po, Salle  H202B – 28 rue des Saints-Pères 75007 Paris
9h00-9h15: Accueil des participant-e-s

SESSION 4 – 9h15-11h00 : Les métiers des droits
Président : Patrice Duran (Institut d’études avancées, Paris)
Discutant : Alexis Spire (CERAPS, CNRS)

Lucille Mourgues
(GRESCO, Université de Poitiers) : Analyse d’une forme de revendication et de diffusion du droit à travers l’interaction entre usagers et contrôleurs du travail
Mathieu Potte-Bonneville (Institut Français d’Education, ENS Lyon) et Hélène Buisson-Fenet (Triangle, ENS Lyon) : Sur les métiers ancillaires de la facilitation des droits : ethnographie de l’activité et philosophie des usages. Le cas des auxiliaires de vie scolaire (AVS) face à l’intégration scolaire des élèves handicapés
Vincent-Arnaud Chappe (ISP-ENS Cachan) et Emmanuel Quernez (CADIS-EHESS) : La lutte contre les discriminations, entre droit imposé et droit négocié : Une analyse des interactions au sein des permanences des correspondants locaux de la HALDE
Marine Bourgeois (Sciences Po, CEE) : Les agents des HLM face au droit. De la norme au bricolage

SESSION 5 – 11h15-13h00 : L’accès aux droits : acteurs et dispositifs
Présidente :   Katia Weidenfeld (CMH)
Discutant : Fabrizio Cantelli (GRAP – ULB / PACTE – CNRS)

Monika Dac
(Université de Cergy – Pontoise) L’effectivité des droits des demandeurs d’asile. La domiciliation associative comme dispositif de l’accès aux droits  
Julie Rannoux (CHERPA, IEP Aix-en-Provence) Le droit contre l’exclusion. Les politiques d’accès au droit des populations immigrées à Marseille
Christine Vézina (CRDP, Université de Montréal) Les organismes communautaires de lutte au VIH et le droit à la santé : des passeurs de normes du terrain vers l’État ?  
Gwenaelle Perrier (CERAL, Université Paris 13) L’Etat des droits des personnes handicapées entre contraintes et ressources institutionnelles : une approche comparée
 
SESSION 6 – 14h-15h30 : Attribuer les droits au cas par cas
Président : Pierre Bonin (Université Paris 1, UMR DC ; CERAL)
Discutante : Isabelle Astier (CURAPP, Université de Picardie Jules Verne)

Louis Bertrand
(CeRIES, Université Lille 3) : Les magistratures sociales du handicap face au droit
Céline Borelle (PACTE, IEP Grenoble) : La production concrète des droits. Le cas du handicap
Catherine Bourgeois (CNAM – Lise, CNRS) : Ce que l’expertise fait au droit : analyse des commissions droit au logement

SESSION 7 – 15h45-17h30 : « Droits faibles » et « pauvres droits »: Quelle force des droits ?
Président : Philippe Bezès (CERSA, Université Paris 2)
Discutante : Isabelle Sayn (CERCRID, Université Jean Monnet)

Milena Doytcheva
(CeRIES, Université Lille 3) : Politiques municipales et familles roms migrantes : entre infra-droit et politiques de l’hospitalité
Yasmine Bouagga (IRIS, EHESS) : La ‘dignité’ peut-elle changer la prison? Diffusions et usages pratiques du « droit au droit » dans l’espace carcéral français
Emmanuelle Bernheim (Université du Québec à Montréal) : Culture des droits et rupture du pacte social. Responsabilité et solidarité en santé mentale au Québec
Nick Pedriana (University of Louisiana) et Robin Stryker (University of Arizona): The Import of “Effects-based” Civil Rights Laws: A Historical-Comparative Analysis of U.S. Voting Rights, Equal Employment, and Fair Housing Policy 1965-80

Conclusion – 17h30-18h00 : Jacques Chevallier  (CERSA – Université Paris 2)
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Contact : etatdesdroits@gmail.com

Appel à contributions / Call for papers

« Handicap et Communication » MEI 36 / “Disability and Communication” MEI 36

Issue edited by Bernard Darras and Dannyelle Valente / www.mei-info.com

En 2011, le « Rapport Mondial sur le Handicap » publié par l’Organisation Mondiale de la Santé et la Banque Mondiale a fait remarquer que le faible accès à l’information et à la communication est un des principaux obstacles auxquels sont confrontées les personnes en situation de handicap.

Cet obstacle concerne aussi bien l’insuffisance d’informations adaptées (transports, accès au cadre bâti, etc.) que les difficultés d’accès à l’information, la culture et l’éducation.

Les situations de handicap se construisent donc dans un environnement pauvre en services adaptés et avec des médias d’information et de communication inadaptés. Elles sont également dépendantes des regards négatifs de la société, des préjugés et des croyances établies sur les préconceptions de manque et de maladie.

La revue MEI (Médiation Et Information) va consacrer son numéro 36 aux recherches traitant des relations positives et/ou négatives entre handicap, communication, médiation, cognition, et culture.

_____

In 2011, the WHO (World Health Organisation) and the World Bank published the first ever World Report on Disability. It placed emphasis on the fact that limited access to information and communication is one of the main obstacles facing disabled persons today.

This obstacle is the result of inadequate information (in public transportation, built environments, etc.), combined with a lack of access to information, education and culture.

Therefore, disability situations are built upon an environment lacking in appropriate services compounded with inadequate information and communication media. Additionally, disabled persons are faced with a negative image, prejudices and beliefs based upon preconceived notions of deficiency and disease.

MEI (Médiation Et Information) volume 36 sets out to explore the interaction between disability, communication, mediation, cognition and culture.

_____

Propositions d’article (en anglais ou en français) à soumettre avant le 10 juillet 2012.

Submit your abstract proposal (in french or english) until 10th July 2012.

_____

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter l’appel à contributions ci-joint :  Appel Communication&Handicap

For more details, please see the attached file : Call for papers Disability&Communication

Appel à communication revue Canadian Graduate Journal of Sociology and Criminology

RCESSC lance un appel à communications pour notre premier numéro (été 2012)

La Revue canadienne des études supérieures en sociologie et criminologie (RCESSC) est une revue ouverte et bilingue, dont les articles sont évalués par des pairs. Cette revue en ligne hébergée par l’Université de Waterloo est publiée deux fois par année. Fondée par des étudiants et des étudiantes de doctorat, elle s’adresse d’abord aux étudiant(e)s des cycles supérieurs des niveaux de la maîtrise et du doctorat. La RCESSC s’engage à collaborer avec l’ensemble de la communauté universitaire dans le but d’améliorer le développement de l’étudiant(e) des cycles supérieurs. Son objectif est de repousser les limites du savoir en offrant aux étudiant(e)s un environnement où ils peuvent partager des idées de recherche nouvelles et innovatrices et des occasions de réseautage avec l’ensemble des étudiant(e)s du Canada. L’un de nos deux prochains numéros semestriels sera produit en association avec la Conférence des étudiant(e)s des cycles supérieurs sur les réalités émergentes (The Emerging Realities Graduate Student Conference) qui est organisée chaque année à l’automne par l’Université de Waterloo. La RCESSC est ouverte à une grande variété de domaines de recherches à l’intérieur de la discipline de la sociologie et de la criminologie, où toutes les théories et les méthodes sont les bienvenues.

La Revue canadienne des études supérieures en sociologie et criminologie (RCESSC) est toujours à la recherche de propositions de recherche empirique originale pour son édition inaugurale. Le cadre de la RCESSC a un caractère délibérément général de manière à offrir à une grande variété d’étudiant(e)s des cycles supérieurs l’occasion de proposer leur recherche pour une publication. Des exemples de propositions acceptables cet automne à l’intérieur du mandat de la revue sont, mais ne sont pas limités, aux domaines suivants : des exposés théoriques, des articles conceptuels, des analyses critiques, des études de fond et des résumés de livre. Nous acceptons les méthodologies qualitative, quantitative et des méthodologies mixtes. Notre objectif est de publier des articles judicieux et empiriques bien rédigés, qui enrichissent la connaissance collective dans les disciplines de la sociologie et de la criminologie.

La RCESSC sollicite des articles des étudiant(e)s des cycles supérieurs qui participent à des recherches dans diverses disciplines qui peuvent être reliées à la sociologie et à la criminologie. Tous les étudiant(e)s des cycles supérieurs appartenant à domaines pertinents aux sciences sociales, comme les sciences politiques, l’histoire, la psychologie, les études religieuses, les études des femmes, les études du travail, les sciences de la santé, l’économie, l’anthropologie, sont encouragés à proposer des articles qui établissent un lien direct à la sociologie et à la criminologie.

Nous invitons l’ensemble des participant(e)s à ouvrir une session sur le site Web de notre revue pour examiner notre énoncé de mission et les lignes directrices pour soumettre vos articles. Les articles soumis sont traités de manière sécuritaire et efficace par le biais de notre logiciel de gestion de la revue intégré à notre site Web.

Colloque d »Agir pour le care » – Ethique du care et Handicap – 7 juin 2012 à l’Institut Océanographique de Paris

La loi de 2005 a contribué à transformer la conception du handicap en plaçant, en son centre, la question de l’égalité des chances et de la citoyenneté des personnes. Les nouvelles analyses et actions développées notamment par les personnes en situation de handicap offrent ainsi une occasion de discuter des conceptions de l’autonomie et de
la citoyenneté proposées par les théories du care.  Comment l’éthique du care contribue-t-elle à questionner les politiques publiques et les cadres réglementaires qui organisent les vies des personnes confrontées à ces situations de handicap ? En s’appuyant sur quelles pratiques dans les organisations de soins et les familles ?

Débats autour de deux tables rondes avec des intervenants de sciences humaines (P.Paperman, I.Ville, S.Chavel,…) axés sur le  » handicap, autonomie et citoyenneté » et les  » pratiques de care et institutions face aux situations de handicap ».

Jeudi 7 juin 2012 de 9h00 à 17h00
Institut Océanographique Grand Amphithéâtre
195 rue Saint-Jacques 75005 Paris
Participation gratuite (places limitées)

http://www.aprionis.fr/jahia/webdav/site/internet/shared/le%20Groupe/nos%20engagements/Programme.pdf

Atelier – le 4 mai avec Jean-Philippe Heurtin « Les propositions d’engagement enthousiastes du Téléthon »

L’atelier « Emotions et sentiments moraux » se tiendra vendredi 4 mai à partir de 10h en salle 670 de l’EHESS (190-198 av. de France, 75013 Paris).
Les participants à l’atelier discuteront avec Jean-Philippe Heurtin son article récent « Les propositions d’engagement enthousiastes du Téléthon ».
Cet atelier multidisciplinaire prolonge le projet de même nom qui a été retenu pour les prochaines journées d’études de l’Institut Marcel Mauss (EHESS/CNRS). Il est ouvert à tous les intéressés.

Conférence-débat 2 avril 2012 : La politique étrangère de la France en matière de droit des personnes en situation de handicap

Lundi 2 avril 2012
à partir de 18 h

Accès Universel, en partenariat avec la Maison de Victor Hugo, a le plaisir
d’accueillir le Ministère des Affaires étrangères et européennes pour une conférence-débat intitulée « La politique étrangère de la France en matière de droit des personnes en situation de handicap ».

Programme

· 18 h 00 : Accueil des participants

· 18 h 15 : Discours de Gérard Audinet, Directeur de la Maison de Victor Hugo et de Roland Dreyfus, Président d’Accès Universel

· 18 h 30 – 19h15 : Intervention de  Jean-François Baffray qui représentera la Direction des Nations Unies, des organisations internationales des droits de l’homme et de la Francophonie du Ministère des Affaires étrangères et européennes.

M. Baffray présentera la politique étrangère de la France en matière de droits de l’homme et, plus particulièrement, de droit des personnes en situation de handicap, le système international de protection et de promotion des droits de ces personnes et les programmes de soutien mis en oeuvre par le Ministère en faveur de la société civile.

-> Accessible aux personnes à mobilité réduite
-> Boucle magnétique
-> Interprétation simultanée en LSF

Merci de confirmer votre présence par retour de mail avant le 30 mars 2012
Contact : Coppelia Seguin – 01 47 63 23 89 – coppelia.seguin@accesuniversel.eu

L’invitation en PDF : http://gthandicaps.hypotheses.org/files/2012/03/invitation-AU_020412.pdf

Voir aussi le site Web de l’organisateur : http://www.accesuniversel.eu/

Séminaires de l’EHESS

Le séminaire « approche sociohistorique du handicap : catégories, pratiques et politiques » organisé par JF Ravaud, I. Ville et M. Winance se déroule les 1er et 3e mardis du mois de 17 h à 19 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris) : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/809/

Le séminaire de formation à la recherche sur le handicap s’adresse principalement à des doctorants et post-doctorants engagés dans un travail de recherche en lien avec la question du handicap. L’objectif est la mise en réseau de jeunes chercheurs intéressés par ce domaine scientifique en émergence. Il se déroule un mardi par mois de 13 h à 17 h (MSSH, 236 bis rue de Tolbiac 75013 Paris), les 25 octobre, 22 novembre 2011, 24 janvier, 28 février, 17 avril et 22 mai 2012 : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/843/

Le séminaire Mobilisations et identités collectives dans le champ du handicap et de la santé est organisée par E. Fillon, JF Ravaud et I. Ville. Ce séminaire organisé par l’EHESP et l’EHESS a lieu les 2e mardis du mois de 14 h à 17 h (MSSH, 236 bis rue de Tolbiac 75013 Paris), les 11 octobre, 8 novembre, 13 décembre 2011, 10 janvier, 14 février, 13 mars, 10 avril et 12 juin 2012. http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/846/

Séminaire de lecture des classiques des sciences sociales de la santé

Un nouveau séminaire de lecture des classiques des sciences sociales de la santé débutera au mois de mars à l’EHESS.

La première séance est prévue pour le mercredi 7 mars 2012 de 15h à 17h (salle des artistes, 96 bd Raspail, Paris) : Introduction. Qu’est ce qu’un classique des sciences sociales de la santé ? Présentation du corpus.

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/1240/