Journée d’étude « Politiques publiques et Handicap » – Appel à communications

Journée d’étude « Politiques publiques et Handicap »

1er Octobre 2013 à Paris

Appel à communications

Le GT Handicap(s) et Sociétés du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS, en partenariat avec le Réseau Santé et Société organise sa 4ème rencontre de jeunes chercheurs autour des politiques publiques du handicap.

Devenu enjeu de politiques publiques depuis la fin de la première guerre mondiale et l’émergence des problèmes liés aux mutilés de guerre, le handicap a gagné en visibilité sur les agendas des pouvoirs publics depuis le début des années 2000 : l’année européenne du handicap en 2003, la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées adoptée par le Parlement français, ou encore la mise en place des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) en constituent autant de témoignages.

Parce qu’elles sont productrices à la fois d’institutions, d’interactions et de rapports de force entre une multitude d’acteurs (Lagroye, François et Sawicki, 2006), mais aussi de discours et de normes, de ressources et de contraintes cognitives (Muller, 2009), les politiques du handicap apparaissent intéressantes à questionner de divers points de vue. Elles associent en effet une pluralité d’acteurs, publics et privés (des conseils généraux à différentes associations de défense des droits des personnes handicapées, en passant par l’Union européenne (Waldschmidt, 2009) et la CNSA) et engagent de nombreuses institutions (les établissements médico-sociaux, les MDPH, l’État), dont les manières de concevoir le handicap et les intérêts ne sont pas nécessairement convergents.

Il s’agira pendant cette journée de mettre en lumière les mécanismes et les jeux d’acteurs, ainsi que les normes et les discours à l’œuvre dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques. Cette journée entend donc questionner l’action publique d’une multiplicité de points de vue, en s’intéressant à la fois aux politiques du handicap qu’aux rapports entre le handicap et une série de politiques sectorielles (comme par exemple celles du logement, de l’éducation, ou de l’emploi), en incluant dans son analyse une diversité d’acteurs (des décideurs politiques et administratifs aux street-level-bureaucrats (Lipsky, 1980), en examinant la diversité des séquences de politiques publiques (mise à l’agenda, décision publique, mise en œuvre), et en interrogeant l’action publique sans privilégier nécessairement le cas français.

Pour répondre à ces questionnements, la journée sera composée de trois axes :

Axe 1 : aux fondements des politiques publiques : par qui et pour qui ?

Cet axe entend questionner les logiques structurant les politiques publiques à destination des personnes handicapées. Quels sont les acteurs (administrations, associations, professionnels, etc.) intervenant dans la construction de ces politiques ? L’étendue des politiques publiques du handicap conduit une très grande diversité d’acteurs à y participer, dont certains ne sont pas familiers avec le champ du handicap. Leur degré de participation diffère selon les thématiques abordées (éducation, emploi, logement, etc.). Quels sont les concepts (intégration, normalisation, inclusion) qui guident leurs actions ? Tous les acteurs partagent-ils aujourd’hui l’objectif d’inclusion ? Quels sont les rapports de force existants entre ces acteurs ? A quels acteurs (administrations, associations à but non lucratif, entreprises privées, acteurs confessionnels) est attribuée la gestion directe de ces politiques publiques ? Nous proposons ainsi d’interroger le poids et le rôle des acteurs institutionnels façonnant cette configuration sociale (Elias, 1991).

Axe 2 : des principes au terrain : adaptations, difficultés, résistances

Ce deuxième axe permettra d’appréhender l’articulation entre les principes législatifs et les applications concrètes qui en découlent. Quels sont les institutions et les acteurs chargés de la mise en œuvre du droit au niveau local ? Quelles actions mettent-ils concrètement en place pour le faire ?

Un certain nombre de principes défendus par de nouveaux dispositifs législatifs (tels celui du droit à une scolarisation pour tous les enfants handicapés, ou encore le droit d’être auditionné par la Commission des Droits et de l’Autonomie des personnes handicapées en MDPH) semblent être difficilement applicables localement : quels éléments d’explication peut-on avancer pour comprendre ces écarts entre les principes ambitieux contenus dans la loi et sa mise en œuvre ? Dans quelle mesure la situation française se distingue-t-elle particulièrement en la matière ?

Quels sont les moyens et les outils mis en œuvre pour tendre à l’application de la loi ? L’appropriation par les acteurs institutionnels locaux des objectifs de la politique du handicap, ainsi que les interactions entre ces acteurs (depuis les formes de coopération jusqu’aux conflits) constituent autant de sujets qui pourront structurer les questionnements de cet axe.

Axe 3 : la personne en situation de handicap face aux politiques publiques

Dans ce dernier axe, les communications permettront de montrer les différentes formes d’appropriation des dispositifs par les usagers des politiques. Existe-t-il des formes de résistance ou de détournement de la part de ces usagers ? Comment s’adaptent-ils aux injonctions et demandes des différentes institutions qu’ils sont amenés à solliciter ? Quelles réceptions ont-ils de ces dispositifs ?

Depuis la loi de 2005, la personne handicapée a été placée au cœur de la prise en charge. Désormais, les politiques du handicap se centrent sur l’individu et son « projet de vie ». Quelles formes ces politiques prennent-elles dans leur mise en pratique ? Plus largement quelles sont les conséquences concrètes de ces politiques du handicap dans la vie et le quotidien des personnes concernées?

Par ailleurs, les associations de personnes handicapées sont aussi des acteurs locaux pouvant intervenir dans le processus de prise en charge des individus et se positionner comme un intermédiaire entre la personne et les institutions. Aujourd’hui, sont-elles en concurrence dans les dispositifs locaux ? Et quelles en sont les conséquences pour les personnes ? Les communications qui questionnent la place de ces associations dans la prise en charge locale des personnes seront appréciées.

La journée qui se déroulera à Paris, est organisée à destination des jeunes chercheur-e-s. Les propositions de communication, de 500 mots environ, devront préciser l’objet de la recherche, la ou les méthodes utilisée(s), l’axe de questionnement choisi et les informations suivantes du/de la candidat(e) : nom, prénom, statut, discipline, affiliation, adresse e-mail et numéro de téléphone.

Date limite d’envoi des propositions au gthandicaps@gmail.com : 14 juin 2013

Comité d’organisation

Gildas Brégain, historien, Université Rennes 1 – CERHIO

Seak-Hy Lo, sociologue, Université Paris – Sud – CERMES 3 – MSSH

Mathilde Mus, géographe : UMR IDEES 6266 et Chargée d’étude à l’Agence d’Urbanisme de la Région du Havre et de l’Estuaire de la Seine (AURH)

Gwenaëlle Perrier, politiste, Université de Paris 13 – CERAL

Noémie Rapegno, géographe, EHESS – CERMES 3 – Lab’urba – MSSH

 

Références bibliographiques

Elias, Norbert, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991.

Lagroye Jacques, François Bastien et Sawicki Frédéric, Sociologie politique, Paris, Presses de Sciences Po et Dalloz, 5e édition, 2006.

Lipsky Michael. Street-level bureaucracies : dilemmas of the individual in public services. New York : Russell Sage Foundation, 1980.

Muller Pierre, Les politiques publiques, Paris, P.U.F. « Que sais-je ? », 8e éd., 2009.

Vanhala, Lisa. Making Rights a Reality ? Disability Rights Activists and Legal Mobilization. Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Waldschmidt, Anne, « Disability policy of the European Union: The supranational level », ALTER, 2009, p. 8-23.

Recherches en sciences sociales. Les méthodologies au prisme du handicap

Le GT Handicap(s) et Sociétés du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et du Réseau Santé et Société organise une rencontre sur le thème :

Recherches en sciences sociales. Les méthodologies au prisme du handicap

Vendredi 17 mai 2013

9h15 – 17h15

à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 4 rue de la croix Faron, 93210 St-Denis la Plaine

http://www.mshparisnord.fr/fr/la-msh-paris-nord/contacts/acceder-a-la-msh-pn.html

Toutes les présentations de la journée seront interprétées en LSF/français.

9h15 – 9h30 Introduction de la journée et de la session 1

Marie Cuenot, Doctorante, sociologie, Université Montpellier III, SantESiH

Elise Lantz, Doctorante, STAPS, Université Montpellier I, SantESiH

 

Session 1 – Approches théoriques, définitions de l’objet et méthodologies

9h30 – 10h15 Richesse et enjeux méthodologiques, épistémologiques et politiques de la recherche participative avec les personnes en situations de handicap

William Sherlaw, Enseignant-chercheur, École des Hautes Études en Santé Publique

10h15 – 10h45 Enquêter auprès d’élèves scolarisés en CLIS 1

Claire de Saint Martin, Doctorante, sciences de l’éducation, Université de Cergy-Pontoise, EMA

10h45 – 11h15 La Sacra Famiglia. Quand l’enfant naît autiste

Romina De Novellis, Doctorante, anthropologie, EHESS, IRIS, CADIS

11h15 – 11h30 Pause

 11h30 – 12h00 La recherche dans le champ du handicap et le concept d’activité

Gaspard Brun, ATER, Doctorant, philosophie, Université d’Aix-Marseille, CEPERC

12h00 – 12h30 « La parole du fou » : Réflexions méthodologiques à partir du terrain de la psychiatrie au Niger

Gina Aït Mehdi, Doctorante, anthropologie, Université Libre de Bruxelles, LAMC

12h30 – 14h00 Déjeuner

14h00 Introduction de la session 2

Martial Meziani, Post-doctorant, GRHAPES, GEPECS, INS HEA

 

Session 2 – Accès au terrain et questions éthiques

14h00 – 14h45 Éthique de la recherche et recherche de l’éthique : réflexions au prisme du handicap

Andrea Benvenuto, Chargée de mission recherche, chaire « participation sociale et situations de handicap », MSSH

14h45 – 15h15 Enquêter par auto-questionnaire auprès de jeunes présentant des troubles cognitifs : déclinaison de l’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC), questions éthiques et méthodologiques

Mylène Hernandez, Doctorante, anthropologie, EHESS ; Mariane Sentenac, INSERM ; Emmanuelle Godeau, INSERM

15h15 – 15h30 Pause

15h30 – 16h00 Violences d’une méthodologie. Difficultés et adaptations interactionnelles avec des enquêtés en situation de handicap moteur

Aurélien Berthou, Doctorant, sociologie, Université Paris Descartes, CERLIS

16h00 – 16h30 Enquêter au sein des Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogiques : une adaptation permanente

Hugo Dupont, Doctorant, sociologie, Université Bordeaux Segalen, Centre Emile Dürkheim

16h30 – 17h00 De la difficulté d’interroger les « non spécialistes » du handicap

Flavien Bouttet, Doctorant, STAPS, Université de Strasbourg, Sport et sciences sociales

17h00 – 17h15 Conclusion de la journée

Livret des résumés

Cette rencontre est co-organisée par des membres du GT Handicap(s) et Sociétés du Programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et du Réseau Santé et Société :

Marie Cuenot, doctorante, sociologie, EA 4614, Santé, Education et Situations de Handicap (SantESiH), Université Montpellier III, Réseau doctoral de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP)

Elise Lantz, ATER, Doctorante, STAPS, EA 4614, SANTESIH, Université Montpellier I.

Martial Meziani, chargé d’études, Post-doctorant, GRHAPES, GEPECS, INS HEA.

INSCRIPTION

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 15 avril 2013, en remplissant le document ci-dessous et en le renvoyant par mail à gthandicaps (at) gmail.com avec l’objet « Journée Méthodologies au prisme du handicap – Inscription ». Merci d’avance.

NOM :

PRENOM :

STATUT :

AFFILIATION :

ADRESSE E-MAIL :

TELEPHONE :

DEJEUNER : (oui/non)

INFORMATIONS PRATIQUES

La salle de conférence est accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Le déjeuner est pris en charge par le réseau Santé et Société de l’EHESS.

L’interprétariat en langue des signes française /français sera assuré grâce au soutien du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS.

Pour venir à la MSH – Paris Nord (4 rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis La Plaine),

plan MSH

CHEMIN D’ACCÈS À LA MSH PARIS NORD

Depuis la Gare du Nord : RER B « La Plaine – Stade de France », sortie « avenue du Président Wilson » (à l’opposé du Stade de France).

À pied, depuis la sortie du RER : Longez, par la gauche, le « square des Droits de l’Enfant ». Vous vous retrouvez alors face à un grand immeuble en verre. Là, tournez à gauche, et tout de suite à droite, passage Boise. Allez tout droit, traversez la grande avenue (rue du Landy) puis toujours tout droit. Vous êtes rue de la Procession (actuellement en chantier). Continuez toujours tout droit, vous passez alors sous un immeuble. Prenez la rue sur votre droite, rue des Blés, puis au bout à gauche, rue de la Croix Faron. La MSH Paris Nord se trouve au 4.

En autobus : bus 153 (à partir du RER) jusqu’à l’arrêt “La Montjoie” ; traversez l’avenue du président Wilson et rejoignez la rue de La Montjoie puis la rue de la Croix Faron.

Depuis la station de métro « Porte de la Chapelle » : bus 153 ou 302, arrêt « La Montjoie » ; prendre la rue de La Montjoie puis la rue de la Croix Faron.

Depuis la station de métro « Saint-Denis Porte de Paris » (ligne 13) : bus 153, arrêt « La Plaine Stade de France RER » (reportez-vous aux indications « à pied, depuis la sortie du RER »).

Au 4 rue de la Croix Faron, appelez la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord par l’interphone. Appuyez sur les flèches jusqu’à ce qu’apparaisse le nom de la MSH Paris Nord et sonnez. Une personne de l’accueil vous ouvrira. Montez au 1er étage, prenez le patio et entrez dans le “Hall Nord”. Montez au 2e étage. Des flèches vous permettent de trouver rapidement la MSH Paris Nord.

Journée_17052013_GT_Méthodologies_Programme

Vidéos de la JE « Le handicap au regard de l’intimité »

La journée d’étude « Le handicap au regard de l’intimité » du GT Handicap(s) du 21 janvier 2013 a fait l’objet d’un enregistrement vidéo par l’université Lille 1. Les vidéos de la journée sont accessibles à partir du lien suivant :

http://lille1tv.univ-lille1.fr/collections/collection.aspx?id=20554ff7-0999-4bc4-9f7b-d944c7814b0b

 

Le handicap au regard de l’intimité – Journée d’étude du GT Handicap(s)

Soutenu par le Réseau Santé et Société, le programme Handicap et Sciences Sociales de l’EHESS et le CLERSÉ, le GT handicap(s) organise une journée d’étude autour du thème de l’intimité. Cette journée intitulée « Le handicap au regard de l’intimité », destinée à la présentation de travaux de jeunes chercheur.e.s propose d’interroger ce que l’expérience du handicap, au sens large, questionne et implique aux niveaux de la (re)définition, de la (re)construction, du maintien et de la perte de l’intimité. Elle sera également l’occasion de mettre en réseau des jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales travaillant sur le handicap afin de décloisonner les champs disciplinaires et de croiser les points de vue.

 Le handicap au regard de l’intimité

 10h Accueil du public

10h15 Introduction de la journée

10h30 – 11h10

Maks Banens (Maître de conférences – Centre Max Weber – Université Lyon 2)

« L’accès à la vie de couple des jeunes handicapés »

11h10 – 12h10

Axe 1 : Partager l’intimité

Discutante : Gabrielle Lambin

David Sauzé (Doctorant en sociologie – CESSP – CSE – EHESS)

« Handicap psychique et institution : les ambivalences de la notion d’intimité »

&

Christine Gruson (Docteure en sociologie – CLERSE – Université de Lille 1)

« Quelle intimité pour les mères étiquetées handicapées mentales ? »

– – –  12h10-13h30 – Déjeuner – – –

13h30 – 14h10

Alain Giami (Directeur de recherche à l’Inserm U 1018 – Directeur scientifique de la Chaire Unesco : Santé sexuelle et Droits humains)

« Les évolutions de la question sexuelle chez les handicapés depuis les années 80 : permanence et changements »

14h10 – 15h10

Axe  2 : L’intimité au fil des espaces et des objets

Discutant : Aurélien Berthou

Marion Blatgé (Docteure en sociologie – IDHE)

« Les outils de la déficience visuelle, des objets intimes ? »

&

Godefroy Lansade (Doctorant en anthropologie – Centre Norbert Elias – EHESS)

« Handicap mental et intimité au sein d’un lycée d’enseignement professionnel : l’Unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis) comme espace d’intimité »

15h20 – 16h20

Axe 3 : Un droit à l’intimité ?

Discutant : Pierre Brasseur

Pierre Dufour (Docteur en sociologie – ATER Université de Toulouse le Mirail – LISST-CERS)

« L’assistance sexuelle au prisme du modèle social »

&

Noémie Aulombard (Etudiante en Master 2 Histoire de la pensée politique – IEP Lyon – ENS Lyon)

« Considérations philosophiques sur l’enjeu d’un droit à l’intimité »

16h20 – 17h20

Axe 4 : Représentations de l’intimité

Discutante : Charlotte Ricci

Lucie Nayak (Doctorante en sociologie – ATER Université Paris Ouest – Sophiapol-Lasco)

« De l’ « ange » et la « bête » à la « personne » : une évolution des représentations de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales »

&

Paul-Fabien Groud (Doctorant en anthropologie – CREA – Université Lumière Lyon 2)

« Faire-corps des handisportifs avec le fauteuil électrique et anthropologie audiovisuelle : regarder autrement pour (ré)interroger l’intimité des personnes en situation de handicap »

17h40 – 18h40

Clôture de la journée : Lecture mise en espace d’extraits de « Des graines dans ma tête »

par le Théâtre de l’Instant

Nicolas-Brimeux/Dominique Hache – Mise en scène : Anne-Marie Storme

 

Comité scientifique et d’organisation

Aurélien Berthou (Doctorant au CERLIS – Université Paris Descartes)

Pierre Brasseur (Doctorant au CLERSÉ – Université Lille 1)

Gabrielle Lambin (Étudiante en Master 2 PPLS – Université Lille 1)

Charlotte Ricci (Doctorante au Laboratoire Scènes et Savoirs – Université Paris 8)

Inscription & Renseignements

Afin de pouvoir préparer la journée au mieux, veuillez s’il-vous-plaît remplir les informations ci-dessous et les renvoyer à l’adresse gthandicaps@gmail.com

avant le mardi 15 janvier 2013

Pour tout renseignement, merci de nous contacter à l’adresse suivante : gthandicaps@gmail.com

NOM & PRENOM :

STATUT & AFFILIATION :

ADRESSE E-MAIL & TELEPHONE:

 

Pour venir à l’espace culture

 Accès Piéton : Métro Cité Scientifique, suivre la rame de métro aérienne en direction de la Bibliothèque universitaire, l’Espace Culture est sur votre droite.

 Accès Voiture : la circulation est réduite sur le campus en raison de travaux. Le parking P2 reste néanmoins disponible derrière l’Espace Culture et la MDE.

  • Adresse : Espace Culture – Université Lille 1 – Cité Scientifique – 59655 Villeneuve d’Ascq
  • La salle de l’Espace Culture est accessible aux fauteuils roulants
  • Un espace café et restauration légère se situe dans les locaux de l’Espace Culture

En cas de problème d’accès durant la journée d’étude veuillez contacter

Pierre Brasseur : 06 78 15 01 36

Comprendre et dire le handicap. La légitimité du chercheur en question.

Comprendre et dire le handicap

La légitimité du chercheur en question

28 septembre 2012 – MSH Paris Nord – 9h30/17h

1ère journée du GT Handicap(s)

Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord – Salle des conférences

4 rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis La Plaine

 

Soutenu par le réseau Santé et Société et par le programme Handicap et Sciences Sociales de l’EHESS, le GT handicap(s) organise sa première rencontre ayant pour thème la recherche sur le handicap en sciences humaines et sociales. Cette journée intitulée « Comprendre et dire le handicap : la légitimité du chercheur en question », destinée aux jeunes chercheur.e.s a pour objectif d’interroger d’une part les enjeux de légitimité qui parcourent la recherche sur le handicap et, d’autre part, les façons dont les résultats issus de ce champ de la recherche sont (ré)exploités. Elle sera également l’occasion de mettre en réseau des jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales travaillant sur le handicap afin de décloisonner les champs disciplinaires.

S’intéresser à la légitimité de la parole des acteurs et actrices sur le handicap amène à réfléchir sur les façons dont les connaissances et discours sont produits, construits et reconnus comme légitimes et surtout à poser la question de la distance à l’objet d’étude. Ces questions ne sont ni nouvelles (Barnes, 1996, Bury, 1996, Shakespeare, 1996, Barnes & Oliver, 1997), ni propres à la recherche sur le handicap. Donc, elles sont d’autant plus nécessaires à reposerdevant l’intérêt grandissant et manifesté par les pouvoirs publics depuis plusieurs années.

L’objectif n’est pas ici de mettre en cause le positionnement des chercheur.e.s. La journée invite à l’interroger afin de saisir quelles postures et conséquences ce positionnement engendre durant l’avant, le pendant et l’après-recherche. Cela conduit alors à regarder de plus près les liens entre chercheur.e.s, associations et pouvoirs publics, notamment au niveau des façons dont les connaissances issues des travaux de recherche circulent ou non entre ces acteurs et actrices.

9h30 – 10h

Accueil des participant.e.s

10h – 12h

Conférences

Serge Ebersold, Sociologue, Professeur des Universités, INSHEA

« Le handicap, du problème social au problème sociologique »

Pascale Roussel, Enseignant-Chercheur, EHESP, MSSH

« Que voit, dans son rétroviseur, un « vieux » chercheur sur le handicap : hasard ou nécessité, choix personnel ou déterminisme social et professionnel ? Un exemple parmi d’autres à la MSSH »

12h – 12h30

Réunion publique sur la vie du GT Handicap(s)

 13h30 – 14h30

Atelier 1 : Légitimités et engagements dans la recherche

Yann Cantin, Doctorant en histoire, EHESS

« La distance face au sujet d’étude quand on a une situation équivalente au sujet »

Martial Meziani, Docteur en sociologie, Université Paris Descartes

« Attachement personnel, objectivation participante et distanciation »

14h30 – 15h30

Atelier 2 : Perspectives disciplinaires et disability studies

Olivier Schetrit, Doctorant en anthropologie sociale, EHESS

« Le regard des sourds sur le handicap. Surdité, handicap et approche anthropologique »

Gwenaëlle Perrier, Maître de conférences en science politique, Université Paris 13

« Etudes de genre et disability studies en France : regards croisés »

15h45 – 16h45

Atelier 3 : Le temps de l’après-recherche : exploitation et diffusion des résultats

Mathilde Mus, Docteur en géographie, Université du Havre

« L’après recherche ou l’expérience du « terrain professionnel » : le handicap et l’accessibilité en bureau d’étude »

Clarisse Mombet, Fédération Internationale de la Recherche Appliquée sur le Handicap

« Développer une recherche au service de l’action : pistes de réflexion de la FIRAH »

16h45 – 17h

Clôture de la journée par le comité d’organisation

Aurélien Berthou – Doctorant – CERLIS – Université Paris Descartes

Martial Meziani – Docteur – GEPECS – Université Paris Descartes

Cristina Popescu – Docteure – Université de Bucarest

Noémie Rapegno – Doctorante – CERMES 3 – Lab’urba – EHESS

Inscription & Renseignements

Afin de pouvoir bénéficier du déjeuner, veuillez s’il-vous-plaît remplir le document ci-dessous et le renvoyer à l’adresse gthandicaps@gmail.com avant le samedi 8 septembre

Pour tout renseignement, merci de nous contacter à travers l’adresse gthandicaps@gmail.com

NOM :

PRENOM :

STATUT :

AFFILIATION :

ADRESSE E-MAIL :

TELEPHONE :

DEJEUNER : (oui/non)

Informations pratiques

  • Interprétation LSF / français.

  • La salle de conférences est accessible aux fauteuils roulants.

  • Le déjeuner est pris en charge par le réseau Santé et Société.

 

  • Pour en bénéficier, merci de l’indiquer sur le document relatif à votre inscription avant le samedi 8 septembre.

  • Pour venir à la MSH – Paris Nord (4 rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis La Plaine),

CHEMIN D’ACCÈS À LA MSH PARIS NORD

Depuis la Gare du Nord : RER B « La Plaine – Stade de France », sortie « avenue du Président Wilson » (à l’opposé du Stade de France).

À pied, depuis la sortie du RER : Longez, par la gauche, le « square des Droits de l’Enfant ». Vous vous retrouvez alors face à un grand immeuble en verre. Là, tournez à gauche, et tout de suite à droite, passage Boise. Allez tout droit, traversez la grande avenue (rue du Landy) puis toujours tout droit. Vous êtes rue de la Procession (actuellement en chantier). Continuez toujours tout droit, vous passez alors sous un immeuble. Prenez la rue sur votre droite, rue des Blés, puis au bout à gauche, rue de la Croix Faron. La MSH Paris Nord se trouve au 4.

En autobus : bus 153 (à partir du RER) jusqu’à l’arrêt « La Montjoie » ; traversez l’avenue du président Wilson et rejoignez la rue de La Montjoie puis la rue de la Croix Faron.

Depuis la station de métro « Porte de la Chapelle » : bus 153 ou 302, arrêt « La Montjoie » ; prendre la rue de La Montjoie puis la rue de la Croix Faron.

Depuis la station de métro « Saint-Denis Porte de Paris » (ligne 13) : bus 153, arrêt « La Plaine Stade de France RER » (reportez-vous aux indications « à pied, depuis la sortie du RER »).

Au 4 rue de la Croix Faron, appelez la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord par l’interphone. Appuyez sur les flèches jusqu’à ce qu’apparaisse le nom de la MSH Paris Nord et sonnez. Une personne de l’accueil vous ouvrira. Montez au 1er étage, prenez le patio et entrez dans le « Hall Nord ». Montez au 2e étage. Des flèches vous permettent de trouver rapidement la MSH Paris Nord.

Le handicap au regard de l’intimité – 2ème journée du GT Handicap(s) – Appel à communications

APPEL À COMMUNICATIONS

Journée d’étude interdisciplinaire « Le handicap au regard de l’intimité »

21 janvier 2013 – Lille

Le Groupe de travail Handicap(s) du Réseau des jeunes chercheurs Santé et Société lance un appel à communications pour sa journée d’étude interdisciplinaire « Le handicap au regard de l’intimité ».

 L’intimité recouvre une extrême diversité de domaines, de situations et d’enjeux, tant les sens qu’elle prend sont variables d’une personne à une autre. Dans le champ des sciences humaines et sociales, la notion d’intimité est souvent associée à celle de vie privée. Cependant, cette dernière renvoie davantage à une notion politique, alors que la première renvoie à une activité sociale (Bawin, Dandurand, 2003), un territoire réservé « à soi », ou « à nous », dans lequel autrui ne peut a priori entrer que s’il y est invité (Neuburger, 2000).

 Les procédés par lesquels ce territoire est (re)créé sont multiples. Ils peuvent mettre en jeu le corps (Le Breton, 2008), la sexualité et l’amour (Giddens, 2004), l’espace (Mallon, 2004), les conditions matérielles d’existence (Le Borgne Uguen & Pennec, 2000), etc. Ses contenus sont tout aussi divers. L’intimité peut notamment se (re)créer dans la production et la conservation d’un monde commun, ou personnel, dans la reconnaissance offerte par un proche, ou encore dans le dévoilement et le partage de ses secrets avec autrui. Le type d’intimité joue alors sur les contenus qu’elle nécessite, car l’intimité est plurielle : elle peut être personnelle, conjugale, amicale, familiale, professionnelle, etc.

 L’objectif de cet atelier est d’interroger ce que l’expérience du handicap, au sens large, questionne et implique aux niveaux de la (re)définition, de la (re)construction, du maintien et de la perte de l’intimité. Dans cette perspective, les jeunes chercheur.e.s sont invité.e.s à proposer une communication s’inscrivant dans l’un des quatre thèmes suivants.

Thème 1 : Partager l’intimité

 Les personnes présentant une déficience et/ou un handicap d’apparence (Le Breton, 1991) sont, dans de multiples situations (par exemple lors d’un soin à domicile ou lors d’un séjour en centre de rééducation), amenées à faire entrer autrui dans leur intimité, à la partager. Ce partage n’est pas spécifique aux personnes handicapées, en revanche, l’expérience du handicap modifie ses contours. Elle oblige à un partage (plus étendu) de certains domaines de l’intime, qui n’est pas sans incidence pour la (re)construction de soi, mais aussi sur les rapports entretenus avec autrui. Si ce partage peut être vécu librement et positivement – notamment lorsqu’il permet une meilleure compréhension auprès d’autrui de l’expérience personnelle du handicap – ce partage peut également être vécu négativement et sous le mode de la contrainte, parfois jusqu’au point d’être ressenti comme une humiliation et une absence de reconnaissance de soi (Honneth, 2006). De nouvelles stratégies de défense de l’intimité peuvent alors émerger, que ce soit pour défendre l’intimité de la personne handicapée, ou celle des personnes avec qui elle est en lien. De nombreuses questions se posent ; certains types et domaines d’intimité sont-ils plus difficiles à (faire) partager que d’autres ? Quelles pratiques (dé)favorisent ce partage ? Certains cadres (sanitaires, spatiaux, relationnels, etc.) le limitent-ils ? Pour quels motifs et enjeux, la personne handicapée, et les individus en relation avec celle-ci, refusent-ils parfois ce partage ? La lourdeur de la déficience, ainsi que certaines variables (comme le milieu social, le genre, le capital économique, etc.) jouent-t-elles un rôle dans la possibilité de ce refus ?

  Thème 2 : L’intimité au fil du temps et des objets

 L’intimité est un territoire qui, s’il peut être étudié à partir d’un cadre ou d’un moment donné, peut également l’être sous l’angle de ses changements et de son évolution à travers le temps. Au fil des âges, des parcours dans les institutions, des étapes dans la rééducation, ou encore de la trajectoire des relations avec les proches et les personnels médicaux, l’intimité reste rarement inchangée. Elle peut s’user, se détériorer, tout comme se renforcer, ou faire intervenir de nouveaux éléments qui participent à sa (re)définition. Certaines temporalités, par exemple lors d’un séjour en institution, sont-elles alors plus propices que d’autres à la (re)construction d’une intimité ? La durée des séjours en institution joue-t-elle sur l’intimité ? La succession des atteintes à l’intimité de la personne handicapée, et parfois à celle des autrui qui partagent sa vie, fini-t-elle par avoir des conséquences au-delà du domaine de l’intime ? De quelles façons le temps influe-t-il sur l’acceptation, ou le refus, du dévoilement du corps intime de la personne handicapée ? La définition de l’intimité pouvant être multiple, les objets prolongeant le corps afin de remédier à une situation de handicap (par exemple une prothèse, un fauteuil roulant) peuvent parfois être adjoints à l’intimité par leurs utilisateurs. De même, l’intimité ne se situe pas seulement au niveau du corps biologique : celle-ci peut aussi être appréhendée à travers les objets constitutifs du quotidien de la personne en situation de handicap. Par exemple, dans le cas du prolongement du corps par un appareillage, une prothèse ou un fauteuil roulant. Le temps et la durée de l’utilisation jouent-t-ils sur l’incorporation de ces objets dans le domaine de l’intime ? Le recours répété aux objets de l’univers du handicap conduit-il à une plus grande acceptation de ceux-ci dans l’intimité ? Quels rôles jouent ces objets vis-à-vis de l’intimité de la personne handicapée ?

  Thème 3 : Un droit à l’intimité ?

 L’intimité sera ici considérée dans ses relations avec le droit, ses (possibles) évolutions législatives et ses effets sur les pratiques. Alors que le respect de la vie privée et de la liberté sexuelle sont désormais des droits affichés et revendiqués, l’intimité n’est pas pour autant devenue une zone de non-droit (Py, 1999). En France, l’article 9 du Code civil précise que « chacun a droit au respect de sa vie privée. Les juges peuvent (…) prescrire toutes mesures (…) propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l’intimité de la vie privée ». Mais le handicap semble parfois compliquer les choses, obligeant le législateur à préciser l’esprit de la loi. La loi 2002-2 va rappeler que « toute personne prise en charge par des établissements et services sociaux et médico-sociaux [se voit assurer] le respect de sa dignité, de son intégrité, de sa vie privée, de son intimité et de sa sécurité », alors que quelques années plus tard la loi 2005-102 précise que « les établissements et services [… doivent assurer] un milieu de vie favorisant l’épanouissement personnel et social. ». Ainsi, l’idée de permettre à tout un chacun d’avoir son intimité, quelles que soient les conditions de vie, semble faire son chemin au niveau législatif. Alors que le poids de l’institution rend parfois difficile l’accès à cette pleine intimité (Giami, Colomby, 2008) de nombreux acteurs (associatifs, professionnels, politiques) vont se mobiliser pour modifier les lois et favoriser ainsi l’accès aux diverses intimités (corporelle, sexuelle, conjugale, familiale, spatiale, etc.) : éducation à la sexualité, mobilisation autour, de la contraception, de l’accompagnement sexuel, etc. Les propositions sont multiples.

Quels sont les effets réels de ses lois ? Les éventuels arrangements avec la loi ? Quelles sont les évolutions/innovations législatives en cours ? Qu’en est-il des mobilisations autour de ces thèmes ? De même alors que la notion de « santé sexuelle » – qui fait de l’intimité sexuelle l’un des vecteurs du bien-être qu’il convient désormais de rechercher (OMS, 1975) –, est promue et revendiquée au niveau international, qu’en est-il de sa véritable application dans le champ du handicap ? Et quid de la situation hors de France ?

  Thème 4 : Représentations de l’intimité

 Comment se représente-t-on l’intimité des personnes handicapées ? La diversité des représentations est inscrite dans de nombreux domaines, tels que les œuvres littéraires et cinématographiques, les arts du spectacle vivant, etc. Cet axe se propose d’interroger les représentations de l’intimité autour de deux domaines. Tout d’abord, celle des représentations sociales : l’intimité de la personne handicapé est l’objet de représentations qui la dépasse, comme le montrait déjà Giami au début des années 80 à propos de la sexualité des handicapés mentaux du point de vue des professionnels et des parents (Giami, 1983). Que ce soit de la part des proches, des professionnels, des personnes en situation de handicap elles-mêmes, ou bien, par exemple, dans les œuvres littéraires ou cinématographiques, quelles sont ces représentations de l’intimité ? Par ailleurs, une attention tout particulière sera portée aux analyses liées aux arts du spectacle vivant et de la scène, qui permet d’entrevoir le corps handicapé à travers les difficultés de sa représentation. En effet, l’atypisme du corps s’impose au regard et peut devenir objet de rejet ou de fascination. Si l’on considère la déficience, et ses atteintes, comme faisant partie intégrante de l’intimité de la personne, comment cette dernière est-elle appréhendée dans un espace qui donne à voir, telle la scène artistique ? Le fait de mettre en scène l’intimité des personnes handicapées renvoie-t-il à une forme d’exhibitionnisme ou bien à un dépassement de la stigmatisation du corps handicapé ? La relation au public, qui appréhende le handicap à travers la création artistique, permet-elle d’ouvrir le regard du spectateur et de l’entraîner (de façon intime) dans le corps de l’autre ?

 Indications bibliographiques

 Bawin B., Dandurand R. (dir.), « De l’intimité », Sociologies et sociétés, vol. 35, n°2, 2003.

Colomby (de) P., Giami A., « Relations sociosexuelles des personnes handicapées vivant en institution ou en ménage : une analyse secondaire de l’enquête, (HID) ». ALTER, 2, pp. 109–132, 2008.

Giami A., Humbert C., Laval D., L’ange et la bête : Représentations de la sexualité des handicapés mentaux chez les parents et les éducateurs, Paris, Editions de CTNERHI, 1983.

Giddens A., La transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes [1992], Paris, La Rouergue/Chambon, 2004.

Honneth A, La Lutte pour la reconnaissance [1992], Paris, Le Cerf, 2000

Le Borgne Uguen F., Pennec S., L’adaptation de l’habitat chez des personnes ( de plus de 60 ans ) souffrant de handicaps et / ou de maladies et vivant a domicile, Mire, 2000.

Le Breton D., Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 1990.

Le Breton D., « Handicap d’apparence : le regard des autres », Ethnologie française, 21, 3, 1991.

Mallon I., Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Rennes, PUR, 2004.

Neuburger R., Les territoires de l’intime : l’individu, le couple, la famille, Odile Jacob, Paris, 2000.

O.M.S., « Education and treatment in human sexuality: The training of health professionals », Report of a WHO Meeting, 1975.

Py B., Le sexe et le droit, PUF, Paris, 1999.

 

 Les propositions de communication, de 2000 signes environ, devront préciser l’objet de la réflexion ou de la recherche (avec le(s) corpus et la ou les méthodes utilisées), et contenir les informations suivantes sur la/le chercheur(e) : nom, prénom, statut, discipline, affiliation, adresse e-mail et numéro de téléphone. La journée est organisée à destination des jeunes chercheur.e.s. Il est entendu par jeunes chercheur.e.s des personnes en master 2, doctorat, docteur.e ayant récemment soutenu.e, ou post-doctorant.e.

 Les propositions sont à envoyer à gthandicaps@gmail.com avant le 1er octobre 2012. Les communications seront sélectionnées et les auteur.e.s prévenu.e.s à partir du 15 octobre 2012.

 La journée d’étude aura lieu le 21 janvier 2012 au CLERSÉ à l’Université des Sciences et Technologies Lille 1. Une prise en charge financière des déplacements des communicant.e.s sera mise en place. Pour tout renseignement : gthandicaps@gmail.com

 

 

Comité scientifique et d’organisation

Aurélien Berthou – doctorant au CERLIS – Université Paris Descartes

Pierre Brasseur – doctorant au CLERSÉ – Université Lille I

Marie Le Clainche-Piel – doctorante au GSPM – EHESS

Charlotte Ricci – doctorante au Laboratoire Scènes et Savoirs – Université Paris 8