HUSQUIN Caroline

Courriel : caroline.husquin (at) gmail.com

Thème de recherche  : infirmité, corps, histoire, représentation,

Titre et résumé du travail de recherche en cours :

Penser le corps social en situation à Rome et dans le monde romain : perceptions et représentations de l’atteinte physique du Ier siècle avant notre ère au IVe siècle de notre ère

Le regard de l’autre est l’élément qui conditionne l’existence d’un individu à Rome, sa capacité à être pleinement un homme, notamment pour un citoyen romain, de sa naissance à sa mort. Dès lors, la répugnance de la société romaine pour les atteintes au corps, et donc la perception de ceux qui en sont victimes, semble être la condition de l’inclusion ou de l’exclusion des citoyens dans le corps social. Ceci n’est pas sans incidences, car « l’œil du spectateur » n’est pas, à Rome et dans les cités de l’Empire, un simple vecteur de préjugés mais peut donner lieu à définition juridique comme celle du « monstre », avec des répercussions politiques, sociales et religieuses.

Institution de rattachement :

Sous la direction des professeurs S. Benoist (Université Lille 3) et V. Dasen (Université de Fribourg (Suisse)).

Université Lille 3

Université de Fribourg (Suisse)

Laboratoire : Halma-Ipel

Discipline : Histoire romaine

Statut : Doctorante allocataire-moniteur

Recherche en cours financée : oui.

Contrat doctoral de la région Nord-Pas-de-Calais.

CARRIERE Véronique

Courriel : veronique.carriere (at) univ-montp3.fr

Thème de recherche : déficience visuelle, apprentissage, inclusion, TICE

Titre et résumé du travail de recherche en cours :

Apprentissage médié par les TICE : le cas des étudiants déficients visuels

Ma recherche s’intéresse aux apprentissages en situation de handicap. Je prends appui sur un corpus audio et audiovisuel issu d’expérience d’apprentissage in situ et d’entretiens semi-qualitatifs. Enfin, en explorant les différentes modalités sensorielles, je m’attache à apporter des pistes de réflexion et des préconisations visant à améliorer les conditions d’apprentissage.

Principales publications :

Carrière V. (2013) « La pédagogie différenciée : un processus coopératif entre enseignant et étudiant déficient visuel ?, Revue Internationale Sens Public.

Carrière V. (2012) « L’étudiant déficient visuel dans l’enseignement supérieur : ses rapports à l’institution, ses relations avec les enseignants et ses pairs », Les Cahiers du Cerfee n°31, p. 39-56.

Carrière V. et Charnet C. (2012). Normes et standards pour les TICE : quelles incidences pour les étudiants déficients visuels ? frantice.net, Numéro 4 – Janvier 2012. http://www.frantice.net/document.php?id=433. ISSN 2110-5324.

Carrière V. (2011) « Motiver les enfants déficients visuels dans leur apprentissage informatique : un enjeu de réussite scolaire », La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, n°54 Pédagogie et psychanalyse, 2° trimestre 2011, pp.173-183.

Institution de rattachement : Praxiling UMR 5267 Université Montpellier 3 – CNRS

Disciplines : Sciences du langage/Sciences de l’éducation

Statut : chercheur associé

Recherche en cours financée : non

PARRON Audrey

Courriel : audrey.parron (at) orange.fr

Thème de recherche : handicap psychique, parcours de vie, jeunesse

Titre et résumé du travail de recherche (thèse) :

Le passage à l’âge adulte des jeunes souffrant de troubles psychiques. Enjeux d’autonomisation dans la prise en charge du handicap psychique entre dépendance et engagement des jeunes usagers/patients

Avec une approche qualitative et longitudinale, l’objectif de cette recherche est de comprendre la construction collective du passage à l’âge adulte dans une situation de de handicap psychique à travers ses enjeux individuels (empowerment, expérience et gestion des troubles, participation sociale et accès aux ressources, définition d’un projet), relationnels (travail collectif de gestion de la trajectoire de la maladie, travail de care, travail d’accompagnement) et institutionnels (définition du handicap psychique, dispositifs d’accompagnement, autonomie comme règle institutionnelle, place des usagers/patients dans les différents services psychiatriques, sanitaires, médico-sociaux, judiciaires ou sociaux).

Directeur de thèse : Marcel Drulhe et François Sicot

Institution de rattachement : LISST-CERS

Discipline : sociologie

Statut : docteur

Financement : non

Journée d’étude « Politiques publiques et Handicap » – Appel à communications

Journée d’étude « Politiques publiques et Handicap »

1er Octobre 2013 à Paris

Appel à communications

Le GT Handicap(s) et Sociétés du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS, en partenariat avec le Réseau Santé et Société organise sa 4ème rencontre de jeunes chercheurs autour des politiques publiques du handicap.

Devenu enjeu de politiques publiques depuis la fin de la première guerre mondiale et l’émergence des problèmes liés aux mutilés de guerre, le handicap a gagné en visibilité sur les agendas des pouvoirs publics depuis le début des années 2000 : l’année européenne du handicap en 2003, la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées adoptée par le Parlement français, ou encore la mise en place des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) en constituent autant de témoignages.

Parce qu’elles sont productrices à la fois d’institutions, d’interactions et de rapports de force entre une multitude d’acteurs (Lagroye, François et Sawicki, 2006), mais aussi de discours et de normes, de ressources et de contraintes cognitives (Muller, 2009), les politiques du handicap apparaissent intéressantes à questionner de divers points de vue. Elles associent en effet une pluralité d’acteurs, publics et privés (des conseils généraux à différentes associations de défense des droits des personnes handicapées, en passant par l’Union européenne (Waldschmidt, 2009) et la CNSA) et engagent de nombreuses institutions (les établissements médico-sociaux, les MDPH, l’État), dont les manières de concevoir le handicap et les intérêts ne sont pas nécessairement convergents.

Il s’agira pendant cette journée de mettre en lumière les mécanismes et les jeux d’acteurs, ainsi que les normes et les discours à l’œuvre dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques. Cette journée entend donc questionner l’action publique d’une multiplicité de points de vue, en s’intéressant à la fois aux politiques du handicap qu’aux rapports entre le handicap et une série de politiques sectorielles (comme par exemple celles du logement, de l’éducation, ou de l’emploi), en incluant dans son analyse une diversité d’acteurs (des décideurs politiques et administratifs aux street-level-bureaucrats (Lipsky, 1980), en examinant la diversité des séquences de politiques publiques (mise à l’agenda, décision publique, mise en œuvre), et en interrogeant l’action publique sans privilégier nécessairement le cas français.

Pour répondre à ces questionnements, la journée sera composée de trois axes :

Axe 1 : aux fondements des politiques publiques : par qui et pour qui ?

Cet axe entend questionner les logiques structurant les politiques publiques à destination des personnes handicapées. Quels sont les acteurs (administrations, associations, professionnels, etc.) intervenant dans la construction de ces politiques ? L’étendue des politiques publiques du handicap conduit une très grande diversité d’acteurs à y participer, dont certains ne sont pas familiers avec le champ du handicap. Leur degré de participation diffère selon les thématiques abordées (éducation, emploi, logement, etc.). Quels sont les concepts (intégration, normalisation, inclusion) qui guident leurs actions ? Tous les acteurs partagent-ils aujourd’hui l’objectif d’inclusion ? Quels sont les rapports de force existants entre ces acteurs ? A quels acteurs (administrations, associations à but non lucratif, entreprises privées, acteurs confessionnels) est attribuée la gestion directe de ces politiques publiques ? Nous proposons ainsi d’interroger le poids et le rôle des acteurs institutionnels façonnant cette configuration sociale (Elias, 1991).

Axe 2 : des principes au terrain : adaptations, difficultés, résistances

Ce deuxième axe permettra d’appréhender l’articulation entre les principes législatifs et les applications concrètes qui en découlent. Quels sont les institutions et les acteurs chargés de la mise en œuvre du droit au niveau local ? Quelles actions mettent-ils concrètement en place pour le faire ?

Un certain nombre de principes défendus par de nouveaux dispositifs législatifs (tels celui du droit à une scolarisation pour tous les enfants handicapés, ou encore le droit d’être auditionné par la Commission des Droits et de l’Autonomie des personnes handicapées en MDPH) semblent être difficilement applicables localement : quels éléments d’explication peut-on avancer pour comprendre ces écarts entre les principes ambitieux contenus dans la loi et sa mise en œuvre ? Dans quelle mesure la situation française se distingue-t-elle particulièrement en la matière ?

Quels sont les moyens et les outils mis en œuvre pour tendre à l’application de la loi ? L’appropriation par les acteurs institutionnels locaux des objectifs de la politique du handicap, ainsi que les interactions entre ces acteurs (depuis les formes de coopération jusqu’aux conflits) constituent autant de sujets qui pourront structurer les questionnements de cet axe.

Axe 3 : la personne en situation de handicap face aux politiques publiques

Dans ce dernier axe, les communications permettront de montrer les différentes formes d’appropriation des dispositifs par les usagers des politiques. Existe-t-il des formes de résistance ou de détournement de la part de ces usagers ? Comment s’adaptent-ils aux injonctions et demandes des différentes institutions qu’ils sont amenés à solliciter ? Quelles réceptions ont-ils de ces dispositifs ?

Depuis la loi de 2005, la personne handicapée a été placée au cœur de la prise en charge. Désormais, les politiques du handicap se centrent sur l’individu et son « projet de vie ». Quelles formes ces politiques prennent-elles dans leur mise en pratique ? Plus largement quelles sont les conséquences concrètes de ces politiques du handicap dans la vie et le quotidien des personnes concernées?

Par ailleurs, les associations de personnes handicapées sont aussi des acteurs locaux pouvant intervenir dans le processus de prise en charge des individus et se positionner comme un intermédiaire entre la personne et les institutions. Aujourd’hui, sont-elles en concurrence dans les dispositifs locaux ? Et quelles en sont les conséquences pour les personnes ? Les communications qui questionnent la place de ces associations dans la prise en charge locale des personnes seront appréciées.

La journée qui se déroulera à Paris, est organisée à destination des jeunes chercheur-e-s. Les propositions de communication, de 500 mots environ, devront préciser l’objet de la recherche, la ou les méthodes utilisée(s), l’axe de questionnement choisi et les informations suivantes du/de la candidat(e) : nom, prénom, statut, discipline, affiliation, adresse e-mail et numéro de téléphone.

Date limite d’envoi des propositions au gthandicaps@gmail.com : 14 juin 2013

Comité d’organisation

Gildas Brégain, historien, Université Rennes 1 – CERHIO

Seak-Hy Lo, sociologue, Université Paris – Sud – CERMES 3 – MSSH

Mathilde Mus, géographe : UMR IDEES 6266 et Chargée d’étude à l’Agence d’Urbanisme de la Région du Havre et de l’Estuaire de la Seine (AURH)

Gwenaëlle Perrier, politiste, Université de Paris 13 – CERAL

Noémie Rapegno, géographe, EHESS – CERMES 3 – Lab’urba – MSSH

 

Références bibliographiques

Elias, Norbert, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991.

Lagroye Jacques, François Bastien et Sawicki Frédéric, Sociologie politique, Paris, Presses de Sciences Po et Dalloz, 5e édition, 2006.

Lipsky Michael. Street-level bureaucracies : dilemmas of the individual in public services. New York : Russell Sage Foundation, 1980.

Muller Pierre, Les politiques publiques, Paris, P.U.F. « Que sais-je ? », 8e éd., 2009.

Vanhala, Lisa. Making Rights a Reality ? Disability Rights Activists and Legal Mobilization. Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Waldschmidt, Anne, « Disability policy of the European Union: The supranational level », ALTER, 2009, p. 8-23.

Recherches en sciences sociales. Les méthodologies au prisme du handicap

Le GT Handicap(s) et Sociétés du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et du Réseau Santé et Société organise une rencontre sur le thème :

Recherches en sciences sociales. Les méthodologies au prisme du handicap

Vendredi 17 mai 2013

9h15 – 17h15

à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 4 rue de la croix Faron, 93210 St-Denis la Plaine

http://www.mshparisnord.fr/fr/la-msh-paris-nord/contacts/acceder-a-la-msh-pn.html

Toutes les présentations de la journée seront interprétées en LSF/français.

9h15 – 9h30 Introduction de la journée et de la session 1

Marie Cuenot, Doctorante, sociologie, Université Montpellier III, SantESiH

Elise Lantz, Doctorante, STAPS, Université Montpellier I, SantESiH

 

Session 1 – Approches théoriques, définitions de l’objet et méthodologies

9h30 – 10h15 Richesse et enjeux méthodologiques, épistémologiques et politiques de la recherche participative avec les personnes en situations de handicap

William Sherlaw, Enseignant-chercheur, École des Hautes Études en Santé Publique

10h15 – 10h45 Enquêter auprès d’élèves scolarisés en CLIS 1

Claire de Saint Martin, Doctorante, sciences de l’éducation, Université de Cergy-Pontoise, EMA

10h45 – 11h15 La Sacra Famiglia. Quand l’enfant naît autiste

Romina De Novellis, Doctorante, anthropologie, EHESS, IRIS, CADIS

11h15 – 11h30 Pause

 11h30 – 12h00 La recherche dans le champ du handicap et le concept d’activité

Gaspard Brun, ATER, Doctorant, philosophie, Université d’Aix-Marseille, CEPERC

12h00 – 12h30 « La parole du fou » : Réflexions méthodologiques à partir du terrain de la psychiatrie au Niger

Gina Aït Mehdi, Doctorante, anthropologie, Université Libre de Bruxelles, LAMC

12h30 – 14h00 Déjeuner

14h00 Introduction de la session 2

Martial Meziani, Post-doctorant, GRHAPES, GEPECS, INS HEA

 

Session 2 – Accès au terrain et questions éthiques

14h00 – 14h45 Éthique de la recherche et recherche de l’éthique : réflexions au prisme du handicap

Andrea Benvenuto, Chargée de mission recherche, chaire “participation sociale et situations de handicap”, MSSH

14h45 – 15h15 Enquêter par auto-questionnaire auprès de jeunes présentant des troubles cognitifs : déclinaison de l’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC), questions éthiques et méthodologiques

Mylène Hernandez, Doctorante, anthropologie, EHESS ; Mariane Sentenac, INSERM ; Emmanuelle Godeau, INSERM

15h15 – 15h30 Pause

15h30 – 16h00 Violences d’une méthodologie. Difficultés et adaptations interactionnelles avec des enquêtés en situation de handicap moteur

Aurélien Berthou, Doctorant, sociologie, Université Paris Descartes, CERLIS

16h00 – 16h30 Enquêter au sein des Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogiques : une adaptation permanente

Hugo Dupont, Doctorant, sociologie, Université Bordeaux Segalen, Centre Emile Dürkheim

16h30 – 17h00 De la difficulté d’interroger les « non spécialistes » du handicap

Flavien Bouttet, Doctorant, STAPS, Université de Strasbourg, Sport et sciences sociales

17h00 – 17h15 Conclusion de la journée

Livret des résumés

Cette rencontre est co-organisée par des membres du GT Handicap(s) et Sociétés du Programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et du Réseau Santé et Société :

Marie Cuenot, doctorante, sociologie, EA 4614, Santé, Education et Situations de Handicap (SantESiH), Université Montpellier III, Réseau doctoral de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP)

Elise Lantz, ATER, Doctorante, STAPS, EA 4614, SANTESIH, Université Montpellier I.

Martial Meziani, chargé d’études, Post-doctorant, GRHAPES, GEPECS, INS HEA.

INSCRIPTION

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 15 avril 2013, en remplissant le document ci-dessous et en le renvoyant par mail à gthandicaps (at) gmail.com avec l’objet « Journée Méthodologies au prisme du handicap – Inscription ». Merci d’avance.

NOM :

PRENOM :

STATUT :

AFFILIATION :

ADRESSE E-MAIL :

TELEPHONE :

DEJEUNER : (oui/non)

INFORMATIONS PRATIQUES

La salle de conférence est accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Le déjeuner est pris en charge par le réseau Santé et Société de l’EHESS.

L’interprétariat en langue des signes française /français sera assuré grâce au soutien du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS.

Pour venir à la MSH – Paris Nord (4 rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis La Plaine),

plan MSH

CHEMIN D’ACCÈS À LA MSH PARIS NORD

Depuis la Gare du Nord : RER B « La Plaine – Stade de France », sortie « avenue du Président Wilson » (à l’opposé du Stade de France).

À pied, depuis la sortie du RER : Longez, par la gauche, le « square des Droits de l’Enfant ». Vous vous retrouvez alors face à un grand immeuble en verre. Là, tournez à gauche, et tout de suite à droite, passage Boise. Allez tout droit, traversez la grande avenue (rue du Landy) puis toujours tout droit. Vous êtes rue de la Procession (actuellement en chantier). Continuez toujours tout droit, vous passez alors sous un immeuble. Prenez la rue sur votre droite, rue des Blés, puis au bout à gauche, rue de la Croix Faron. La MSH Paris Nord se trouve au 4.

En autobus : bus 153 (à partir du RER) jusqu’à l’arrêt “La Montjoie” ; traversez l’avenue du président Wilson et rejoignez la rue de La Montjoie puis la rue de la Croix Faron.

Depuis la station de métro « Porte de la Chapelle » : bus 153 ou 302, arrêt « La Montjoie » ; prendre la rue de La Montjoie puis la rue de la Croix Faron.

Depuis la station de métro « Saint-Denis Porte de Paris » (ligne 13) : bus 153, arrêt « La Plaine Stade de France RER » (reportez-vous aux indications « à pied, depuis la sortie du RER »).

Au 4 rue de la Croix Faron, appelez la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord par l’interphone. Appuyez sur les flèches jusqu’à ce qu’apparaisse le nom de la MSH Paris Nord et sonnez. Une personne de l’accueil vous ouvrira. Montez au 1er étage, prenez le patio et entrez dans le “Hall Nord”. Montez au 2e étage. Des flèches vous permettent de trouver rapidement la MSH Paris Nord.

Journée_17052013_GT_Méthodologies_Programme

LEGRAND Julien

Courriel : bekillien (at) gmail.com

Thèmes de recherche : Handicap, philosophie

Titre et résumé du travail de recherche en cours (mémoire) :

« Handicap », devenir et vie

Je vais essayer de produire une pensée où le sujet handicapé n’est plus construit sur un sol négatif, mais à partir de ce qui lui est possible (son être) — à l’aide des pensées de Spinoza, Deleuze, Foucault et Nietzsche, ainsi que des théories sociologiques issues du modèle social. Essayer de ne plus penser le handicap comme un objet mais comme ce qui fait devenir absolument.

Institution de rattachement : Université Toulouse II

Discipline : Philosophie

Statut : Master 1

Financement : non

Vidéos de la JE « Le handicap au regard de l’intimité »

La journée d’étude « Le handicap au regard de l’intimité » du GT Handicap(s) du 21 janvier 2013 a fait l’objet d’un enregistrement vidéo par l’université Lille 1. Les vidéos de la journée sont accessibles à partir du lien suivant :

http://lille1tv.univ-lille1.fr/collections/collection.aspx?id=20554ff7-0999-4bc4-9f7b-d944c7814b0b

 

Le handicap au regard de l’intimité – Journée d’étude du GT Handicap(s)

Soutenu par le Réseau Santé et Société, le programme Handicap et Sciences Sociales de l’EHESS et le CLERSÉ, le GT handicap(s) organise une journée d’étude autour du thème de l’intimité. Cette journée intitulée « Le handicap au regard de l’intimité », destinée à la présentation de travaux de jeunes chercheur.e.s propose d’interroger ce que l’expérience du handicap, au sens large, questionne et implique aux niveaux de la (re)définition, de la (re)construction, du maintien et de la perte de l’intimité. Elle sera également l’occasion de mettre en réseau des jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales travaillant sur le handicap afin de décloisonner les champs disciplinaires et de croiser les points de vue.

 Le handicap au regard de l’intimité

 10h Accueil du public

10h15 Introduction de la journée

10h30 – 11h10

Maks Banens (Maître de conférences – Centre Max Weber – Université Lyon 2)

« L’accès à la vie de couple des jeunes handicapés »

11h10 – 12h10

Axe 1 : Partager l’intimité

Discutante : Gabrielle Lambin

David Sauzé (Doctorant en sociologie – CESSP – CSE – EHESS)

« Handicap psychique et institution : les ambivalences de la notion d’intimité »

&

Christine Gruson (Docteure en sociologie – CLERSE – Université de Lille 1)

« Quelle intimité pour les mères étiquetées handicapées mentales ? »

– – –  12h10-13h30 – Déjeuner – – –

13h30 – 14h10

Alain Giami (Directeur de recherche à l’Inserm U 1018 – Directeur scientifique de la Chaire Unesco : Santé sexuelle et Droits humains)

« Les évolutions de la question sexuelle chez les handicapés depuis les années 80 : permanence et changements »

14h10 – 15h10

Axe  2 : L’intimité au fil des espaces et des objets

Discutant : Aurélien Berthou

Marion Blatgé (Docteure en sociologie – IDHE)

« Les outils de la déficience visuelle, des objets intimes ? »

&

Godefroy Lansade (Doctorant en anthropologie – Centre Norbert Elias – EHESS)

« Handicap mental et intimité au sein d’un lycée d’enseignement professionnel : l’Unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis) comme espace d’intimité »

15h20 – 16h20

Axe 3 : Un droit à l’intimité ?

Discutant : Pierre Brasseur

Pierre Dufour (Docteur en sociologie – ATER Université de Toulouse le Mirail – LISST-CERS)

« L’assistance sexuelle au prisme du modèle social »

&

Noémie Aulombard (Etudiante en Master 2 Histoire de la pensée politique – IEP Lyon – ENS Lyon)

« Considérations philosophiques sur l’enjeu d’un droit à l’intimité »

16h20 – 17h20

Axe 4 : Représentations de l’intimité

Discutante : Charlotte Ricci

Lucie Nayak (Doctorante en sociologie – ATER Université Paris Ouest – Sophiapol-Lasco)

« De l’ « ange » et la « bête » à la « personne » : une évolution des représentations de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales »

&

Paul-Fabien Groud (Doctorant en anthropologie – CREA – Université Lumière Lyon 2)

« Faire-corps des handisportifs avec le fauteuil électrique et anthropologie audiovisuelle : regarder autrement pour (ré)interroger l’intimité des personnes en situation de handicap »

17h40 – 18h40

Clôture de la journée : Lecture mise en espace d’extraits de “Des graines dans ma tête”

par le Théâtre de l’Instant

Nicolas-Brimeux/Dominique Hache – Mise en scène : Anne-Marie Storme

 

Comité scientifique et d’organisation

Aurélien Berthou (Doctorant au CERLIS – Université Paris Descartes)

Pierre Brasseur (Doctorant au CLERSÉ – Université Lille 1)

Gabrielle Lambin (Étudiante en Master 2 PPLS – Université Lille 1)

Charlotte Ricci (Doctorante au Laboratoire Scènes et Savoirs – Université Paris 8)

Inscription & Renseignements

Afin de pouvoir préparer la journée au mieux, veuillez s’il-vous-plaît remplir les informations ci-dessous et les renvoyer à l’adresse gthandicaps@gmail.com

avant le mardi 15 janvier 2013

Pour tout renseignement, merci de nous contacter à l’adresse suivante : gthandicaps@gmail.com

NOM & PRENOM :

STATUT & AFFILIATION :

ADRESSE E-MAIL & TELEPHONE:

 

Pour venir à l’espace culture

 Accès Piéton : Métro Cité Scientifique, suivre la rame de métro aérienne en direction de la Bibliothèque universitaire, l’Espace Culture est sur votre droite.

 Accès Voiture : la circulation est réduite sur le campus en raison de travaux. Le parking P2 reste néanmoins disponible derrière l’Espace Culture et la MDE.

  • Adresse : Espace Culture – Université Lille 1 – Cité Scientifique – 59655 Villeneuve d’Ascq
  • La salle de l’Espace Culture est accessible aux fauteuils roulants
  • Un espace café et restauration légère se situe dans les locaux de l’Espace Culture

En cas de problème d’accès durant la journée d’étude veuillez contacter

Pierre Brasseur : 06 78 15 01 36

Appel à communication : Le handicap entre trajectoires individuelles et logiques institutionnelles : emploi, travail, politiques sociales

Colloque international en sciences sociales Laboratoire CeRIES, Université Lille 3 Jeudi 11 et Vendredi 12 avril 2013

Le champ du handicap en France a été récemment réformé par la loi de 2005 pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Elle crée les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) comme guichets uniques, une nouvelle « commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées » et met en place la prestation de compensation du handicap. Le projet de vie censément recueilli auprès des demandeurs doit guider la réponse institutionnelle.

Mais le contexte économique et social accentue les pressions sur les institutions des politiques sociales du handicap : hausse du chômage et déstabilisation des emplois, réforme des retraites, pressions sur les bénéficiaires du revenu de solidarité active, mais aussi réévaluation de l’allocation adulte handicapé (AAH). Le handicap peut paraître un îlot protégé, une zone de repli. Cette situation accentue certains débats : rapports sur l’AAH appelant à un durcissement des critères pour mieux distinguer le handicap de l’insertion, dénonciations des efforts insuffisants pour l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés, persistances des discriminations… Les moyens manquent pour assurer un suivi de qualité des usagers des MDPH ou des demandeurs d’emplois handicapés. L’accès et le maintien dans l’emploi restent particulièrement difficiles.

Ces évolutions sont communes à de nombreux pays occidentaux, avec des variantes nationales : choix de politiques de quota ou législations anti-discriminations, insistance plus ou moins forte sur le secteur protégé, activation plus ou moins sévère des aides et pensions liées au handicap.
Les recherches en sciences sociales sur le handicap, longtemps moins développées en France que chez ses voisins, semblent connaître un important développement depuis une dizaine d’années : grandes enquêtes statistiques, recherches ethnographiques, appels à projets de recherche, nouvelle revue spécialisée installent peu à peu ce thème de recherche dans les sciences sociales françaises. Ici comme dans d’autres domaines, les échanges avec les courants internationaux paraissent encore insuffisants, même si certaines initiatives cherchent à les renforcer.

Les sciences sociales permettent d’importer dans le champ du handicap un ensemble de problématiques auquel il était peut-être moins fait attention : influence de la position sociale, du genre, attention à une construction sociale du handicap, réflexion sur la discrimination… Mais le handicap interroge également les évolutions sociales de fond et les réflexions en sciences sociales : sociologie des parcours de vie, « activation » et individualisation de l’organisation du travail, sociologie de la famille… Il peut permettre d’interroger à nouveaux frais les rapports entre individus et institutions, les débats sur le constructivisme social comme les transformations des marchés du travail et du capitalisme contemporain.

Le colloque international « Le handicap entre trajectoires individuelles et logiques institutionnelles : emploi, travail, politiques sociales », financé dans le cadre de l’appel à projets IReSP/MiRe/CNSA, vise à faire le point sur l’état des recherches françaises et à accueillir des contributions internationales sur les thématiques concernant plus particulièrement le handicap, l’emploi et les politiques sociales. Les communications attendues en français ou en anglais s’inscriront dans trois axes :

* Les personnes handicapées face aux politiques de l’emploi
* Les personnes handicapées au travail
* Ruptures professionnelles, ruptures biographiques

Les recherches présentées s’inscriront dans le contexte français ou un autre contexte national ou supra-national et pourront porter sur les institutions, sur les parcours individuels ou idéalement sur les deux. Les méthodes employées pourront être quantitatives ou qualitatives, ou encore s’appuyer sur l’exploitation d’archives. Elles devront être clairement précisées.

*Axe 1 : Les personnes handicapées face aux politiques de l’emploi *

Les politiques de l’emploi en faveur des travailleurs handicapés sont très différentes d’un État à l’autre et s’inscrivent dans des marchés de l’emploi nationaux qui peuvent être très distincts. Les politiques sociales du handicap se trouvent quant à elles prises dans des questions plus larges sur la protection sociale, la solidarité nationale et les politiques de remise au travail – souvent désignées sous le terme général d’activation des politiques sociales. Elles sont travaillées par les tendances à l’individualisation, voire à la subjectivisation du traitement, par la nécessité de pallier aux déficiences, la volonté de limiter les coûts…

Au niveau européen voire extra-communautaire, quelles convergences et quelles disparités observe-t-on entre des États sociaux de traditions différentes ? Quelle prise en compte des attentes et besoins des bénéficiaires, quelles injonctions ou contraintes sont à l’œuvre dans les divers États, membres ou non de l’Union Européenne ? Comment les handicaps les plus lourds sont-ils pris en compte ? Comment l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés est-elle organisée, quels problèmes rencontre-t-elle ? Quels bilans peut-on tirer des politiques contraignantes de retour à l’emploi mises en œuvre par exemple au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas ?

Les enjeux de définition d’une population handicapée ou en situation de handicap paraissent également intéressants à étudier, tant d’un point de vue historique, politique que juridique, dans une configuration nationale particulière comme dans une comparaison internationale. Comment a-t-on construit les catégories de bénéficiaires des politiques sociales du handicap ? Comment différentes populations accèdent-elles ou non à la qualification de handicap et aux droits qui en découlent ?

En France, la loi de 2005 a relativement peu affecté l’organisation des politiques de l’emploi en direction des travailleurs handicapés, mis à part de nouveaux modes de calcul du quota d’embauche de travailleurs handicapés. Elle a en revanche cherché à transformer la relation des demandeurs aux institutions des politiques sociales du handicap. L’expression d’un projet de vie, les réflexions sur l’employabilité des demandeurs de l’allocation adulte handicapé cherchent à rapprocher l’institution et ses usagers. Comment ces transformations affectent-elles effectivement les parcours des demandeurs ? Dans d’autres situations nationales, comment s’articulent politiques sociales du handicap et politiques de l’emploi ? Comment le motif de l’individualisation du traitement est-il repris ? Inspire-t-il des pratiques d’accompagnement particulières ?

*Axe 2 : Les personnes handicapées au travail *

L’accès à l’emploi de demandeurs en situation de handicap est souvent difficile : du côté des individus, en sus des limitations dues aux déficiences, les arrangements pratiques mis en place, l’environnement social, la qualification professionnelle peuvent être des « freins » ; du côté des recruteurs, des préventions voire de la discrimination existent, les dispositifs d’aide et d’adaptation restent méconnus, les offres réservées sont souvent en inadéquation avec les profils des demandeurs d’emploi. Le maintien dans l’emploi de travailleurs handicapés peut également être complexe.

Comment se fait l’intégration des travailleurs handicapés dans différents environnements de travail ? Peut-on distinguer des situations différentes selon les déficiences, le statut public ou privé de l’employeur ? Quels usages sont faits du statut de travailleur handicapé, du côté des travailleurs, des employeurs, des services de placement ou de maintien dans l’emploi ?

Plusieurs pays ont mis en place un secteur de travail protégé, à destination notamment des personnes déficientes intellectuelles ou souffrant de troubles psychiques. Comment concrètement ces établissements gèrent-ils la « liminalité » liée au caractère « protégé » du travail ? Quels liens sont-ils faits entre l’activité productive et les autres dimensions de l’accompagnement ? Certains établissements expérimentaux, à destination de jeunes déficients intellectuels ou de personnes souffrant de troubles psychiques, cherchent à établir des liens plus forts entre milieu ordinaire de travail et milieu protégé. Comment se font concrètement ces liens ? Quelles difficultés ces établissements rencontrent-ils ?

Les contributions attendues dans cet axe s’intéresseront aux personnes handicapées au travail. Elles peuvent se placer du point de vue des travailleurs handicapés et de leurs proches comme des employeurs, des associations de personnes handicapées, des organisations syndicales, des services de santé au travail, des services de maintien dans l’emploi ou d’accompagnement de demandeurs d’emploi handicapés, des acteurs du secteur protégé etc.

*Axe 3 : Ruptures professionnelles, ruptures biographiques *

Que les déficiences soient congénitales ou acquises, les situations de handicap influencent les parcours de vie des personnes concernées et de leur entourage. Comment le handicap rend-il particulières les transitions identifiées par la sociologie des parcours de vie ? En particulier comment les problématiques liées à la jeunesse, à la vie familiale et professionnelle, au vieillissement sont-elles affectées ? En quoi l’âge de survenue du handicap est-il significatif ?

La question de l’orientation professionnelle est bien souvent particulièrement épineuse pour les jeunes en situation de handicap et pour les personnes devant trouver une reconversion professionnelle. Vers quel emploi se tourner quand une inaptitude est prononcée dans un métier qu’on avait pratiqué toute sa vie ? Quand l’accident, la maladie, l’accentuation de troubles rendent inconcevables la poursuite du travail antérieur ? Comment négocier le passage de l’âge scolaire à l’emploi pour des jeunes à la scolarité heurtée ? Quand la survenue d’un handicap remet en cause les projets de formation ? Comment trancher entre persévérance dans le milieu ordinaire et orientation vers le milieu protégé ?

Liés à ces questions, les enjeux de la formation professionnelle, adaptée ou non, sont également importants : comment se font ces orientations ? Que se passe-t-il pendant ces formations ? Et en en sortant ? Sur un temps plus long, comment les personnes en situation de handicap envisagent-elles leur formation ?

Les problèmes se posent différemment pour les travailleurs handicapés en emploi. Comment organiser le maintien dans l’emploi, l’adaptation du poste de travail ? Comment faire face à l’apparition de problèmes de santé, à leur aggravation ? Comment se fait l’intégration au milieu de travail ? Le vieillissement des travailleurs handicapés, en milieu ordinaire ou protégé, pose également question : comment gérer l’évolution des capacités du travailleur, comment s’organise le passage à la retraite ? La réforme des retraites et l’accroissement des problèmes de santé avec l’âge amènent-elles de nouvelles catégories de population à demander un statut de travailleur handicapé ?

Dans certaines situations, la survenue du handicap ou son aggravation soudaine constitue une rupture biographique. Comment ces ruptures sont-elles vécues ? A quelles reconfigurations conjugales, familiales, professionnelles donnent-elles lieu ? Comment est affecté le rapport à soi-même, à son corps, à sa biographie ?

Pour ces personnes comme pour celles pour qui l’entrée en handicap est plus progressive ou remonte à l’enfance, comment en arrive-t-on à faire des demandes administratives liées au handicap ? Comment sont coordonnées les prises en charge des différents problèmes qui peuvent apparaître simultanément (problèmes de santé, rapports à la MDPH et aux organismes de protection sociale, vie scolaire ou professionnelle, autres problèmes concomitants…) ? Comment ces parcours de vie marqués par le handicap interrogent-ils la notion de « projet de vie » présente dans les politiques sociales du handicap françaises ?

*Modalités *

Les interventions attendues s’appuieront sur un travail de recherche en sciences sociales. Elles pourront s’intéresser au cas français comme à d’autres contextes nationaux. Les contributions de jeunes chercheurs feront l’objet d’une attention particulière. Le colloque est bilingue, il comportera une session plénière et des temps en atelier en français et en anglais. Des modalités de traduction seront mises en place pour une meilleure compréhension mutuelle. A l’issue du colloque, un ouvrage sera publié réunissant une sélection de communications. Des premiers contacts ont été pris avec les Presses Universitaires du Septentrion et les Presses Universitaires de Grenoble.

Le calendrier est le suivant :

* Date limite pour les propositions de communication : * *lundi 3 **
**décembre 2012**
– Les propositions de communication feront figurer les nom et
prénom, qualité, discipline, institution de rattachement,
coordonnées mails de l’auteur-e ou de chacun des co-auteur-e-s.
Rédigées en français ou en anglais, elles feront de 3000 à 5000
signes, précisant le titre, la problématique, la méthode employée,
les matériaux d’enquête et type d’exploitation de ces matériaux, des
éléments indicatifs de la bibliographie sollicitée. Elles doivent
être envoyées par mail à l’adresse ceries.recherche AT
univ-lille3.fr sous format RTF, ODT ou DOC.

* Sélection des communications pour le *lundi 14 janvier 2013*

* Envoi des communications : *vendredi 15 mars 2013*
– Les communications, écrites en français ou en anglais, pourront
faire 45 000 caractères maximum et devront comporter un résumé (1
500 signes maximum).

* Colloque : jeudi 11 et vendredi 12 avril 2013

*Comité d’organisation* : Louis Bertrand, Vincent Caradec, Muriel Delporte, Jean-Sébastien Eideliman

*Comité scientifique* : Jean-Claude Barbier, Jean-Yves Barreyre, Louis Bertrand, Alain Blanc, Marie-Christine Bureau, Marcel Calvez, Vincent Caradec, Muriel Delporte, Michel Desjardins, Jean-Sébastien Eideliman, Benoît Eyraud, Anders Gustavsson, Claude Martin, Barbara Rist, Eric Samoy, Pierre Vidal-Naquet, Isabelle Ville, Florence Weber.

VILLOING Gaël

Courriel : villoinggael (at) gmail.com

Thème de recherche : Association, Sport, Handicap, Guadeloupe

Titre et résumé du travail de recherche en cours (thèse) :

Analyse socio-historique de processus d’institutionnalisation de l’offre sportive à l’attention des personnes déficientes motrices en Guadeloupe

Directeur de thèse : Professeure Anne MARCELLINI

Institution de rattachement : Laboratoire Santé, Education et Situations de handicaps; UFR STAPS Université Montpellier 1

Discipline : Sociologie – STAPS

Statut : Doctorant

Financement : non

SALVATIERRA Violette

Courriel : violeta.salvatierra (at) yahoo.fr

Thème de recherche : Danse – Education somatique – Accompagnement – Handicap psychique

Titre et résumé du travail de recherche en cours :

« L’atelier de danse et éducation somatique comme espace d’expérimentation sociale : Expérience subjective et normativités à l’épreuve d’un paradigme éthico-esthétique de la pédagogie en danse ». Cette recherche interroge les usages et l’impact de pratiques corporelles chorégraphiques et somatiques dans l’accompagnement de publics accueillis en institutions psychiatriques et/ou médico-sociales : sous quelles conditions ces pratiques artistiques peuvent-elles interagir avec les représentations du corps à l’œuvre chez les participants ? Comment ces représentations et perceptions de soi ainsi que de l’environnement sont-elles traversées par les effets normatifs de la construction sociale du handicap, par la politique de soin et l’approche du corps spécifiques aux cadres institutionnels ? Enfin, l’émergence d’événements esthétiques peut-elle être source de nouveaux potentiels gestuels comme de nouveaux espaces d’action ?

Directeur de thèse : Isabelle Ginot

Institution de rattachement : Université Paris 8, Laboratoire d’Analyse de pratiques et discours du champ chorégraphique

Discipline : Danse, Arts

Statut : Doctorante

Financement : Contrat doctoral

DUFOUR Pierre

Courriel : pierre.dufour651 (at) orange.fr

Thème de recherche : genre – sexualités – modèle social – disability studies

Titre et résumé du travail de recherche en cours :

Initialement centré sur les socialisations masculines en fauteuil roulant, mon travail de thèse m’a conduit à interroger les manières françaises d’énoncer la diversité corporelle, sensorielle, cognitive, au regard de la culture issue du modèle social. Ma thèse a été soutenue en juin 2011. Mes recherches actuelles visent à inscrire dans une perspective critique l’adéquation des formes de la diversité à la notion de handicap.

Directeur de thèse : Daniel Welzer-Lang

Institution de rattachement : LISST-CERS, Université Toulouse le Mirail

Discipline : sociologie

Statut : Docteur, ATER

Financement : non

Comprendre et dire le handicap. La légitimité du chercheur en question.

Comprendre et dire le handicap

La légitimité du chercheur en question

28 septembre 2012 – MSH Paris Nord – 9h30/17h

1ère journée du GT Handicap(s)

Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord – Salle des conférences

4 rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis La Plaine

 

Soutenu par le réseau Santé et Société et par le programme Handicap et Sciences Sociales de l’EHESS, le GT handicap(s) organise sa première rencontre ayant pour thème la recherche sur le handicap en sciences humaines et sociales. Cette journée intitulée « Comprendre et dire le handicap : la légitimité du chercheur en question », destinée aux jeunes chercheur.e.s a pour objectif d’interroger d’une part les enjeux de légitimité qui parcourent la recherche sur le handicap et, d’autre part, les façons dont les résultats issus de ce champ de la recherche sont (ré)exploités. Elle sera également l’occasion de mettre en réseau des jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales travaillant sur le handicap afin de décloisonner les champs disciplinaires.

S’intéresser à la légitimité de la parole des acteurs et actrices sur le handicap amène à réfléchir sur les façons dont les connaissances et discours sont produits, construits et reconnus comme légitimes et surtout à poser la question de la distance à l’objet d’étude. Ces questions ne sont ni nouvelles (Barnes, 1996, Bury, 1996, Shakespeare, 1996, Barnes & Oliver, 1997), ni propres à la recherche sur le handicap. Donc, elles sont d’autant plus nécessaires à reposerdevant l’intérêt grandissant et manifesté par les pouvoirs publics depuis plusieurs années.

L’objectif n’est pas ici de mettre en cause le positionnement des chercheur.e.s. La journée invite à l’interroger afin de saisir quelles postures et conséquences ce positionnement engendre durant l’avant, le pendant et l’après-recherche. Cela conduit alors à regarder de plus près les liens entre chercheur.e.s, associations et pouvoirs publics, notamment au niveau des façons dont les connaissances issues des travaux de recherche circulent ou non entre ces acteurs et actrices.

9h30 – 10h

Accueil des participant.e.s

10h – 12h

Conférences

Serge Ebersold, Sociologue, Professeur des Universités, INSHEA

« Le handicap, du problème social au problème sociologique »

Pascale Roussel, Enseignant-Chercheur, EHESP, MSSH

« Que voit, dans son rétroviseur, un « vieux » chercheur sur le handicap : hasard ou nécessité, choix personnel ou déterminisme social et professionnel ? Un exemple parmi d’autres à la MSSH »

12h – 12h30

Réunion publique sur la vie du GT Handicap(s)

 13h30 – 14h30

Atelier 1 : Légitimités et engagements dans la recherche

Yann Cantin, Doctorant en histoire, EHESS

« La distance face au sujet d’étude quand on a une situation équivalente au sujet »

Martial Meziani, Docteur en sociologie, Université Paris Descartes

« Attachement personnel, objectivation participante et distanciation »

14h30 – 15h30

Atelier 2 : Perspectives disciplinaires et disability studies

Olivier Schetrit, Doctorant en anthropologie sociale, EHESS

« Le regard des sourds sur le handicap. Surdité, handicap et approche anthropologique »

Gwenaëlle Perrier, Maître de conférences en science politique, Université Paris 13

« Etudes de genre et disability studies en France : regards croisés »

15h45 – 16h45

Atelier 3 : Le temps de l’après-recherche : exploitation et diffusion des résultats

Mathilde Mus, Docteur en géographie, Université du Havre

« L’après recherche ou l’expérience du “terrain professionnel” : le handicap et l’accessibilité en bureau d’étude »

Clarisse Mombet, Fédération Internationale de la Recherche Appliquée sur le Handicap

« Développer une recherche au service de l’action : pistes de réflexion de la FIRAH »

16h45 – 17h

Clôture de la journée par le comité d’organisation

Aurélien Berthou – Doctorant – CERLIS – Université Paris Descartes

Martial Meziani – Docteur – GEPECS – Université Paris Descartes

Cristina Popescu – Docteure – Université de Bucarest

Noémie Rapegno – Doctorante – CERMES 3 – Lab’urba – EHESS

Inscription & Renseignements

Afin de pouvoir bénéficier du déjeuner, veuillez s’il-vous-plaît remplir le document ci-dessous et le renvoyer à l’adresse gthandicaps@gmail.com avant le samedi 8 septembre

Pour tout renseignement, merci de nous contacter à travers l’adresse gthandicaps@gmail.com

NOM :

PRENOM :

STATUT :

AFFILIATION :

ADRESSE E-MAIL :

TELEPHONE :

DEJEUNER : (oui/non)

Informations pratiques

  • Interprétation LSF / français.

  • La salle de conférences est accessible aux fauteuils roulants.

  • Le déjeuner est pris en charge par le réseau Santé et Société.

 

  • Pour en bénéficier, merci de l’indiquer sur le document relatif à votre inscription avant le samedi 8 septembre.

  • Pour venir à la MSH – Paris Nord (4 rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis La Plaine),

CHEMIN D’ACCÈS À LA MSH PARIS NORD

Depuis la Gare du Nord : RER B « La Plaine – Stade de France », sortie « avenue du Président Wilson » (à l’opposé du Stade de France).

À pied, depuis la sortie du RER : Longez, par la gauche, le « square des Droits de l’Enfant ». Vous vous retrouvez alors face à un grand immeuble en verre. Là, tournez à gauche, et tout de suite à droite, passage Boise. Allez tout droit, traversez la grande avenue (rue du Landy) puis toujours tout droit. Vous êtes rue de la Procession (actuellement en chantier). Continuez toujours tout droit, vous passez alors sous un immeuble. Prenez la rue sur votre droite, rue des Blés, puis au bout à gauche, rue de la Croix Faron. La MSH Paris Nord se trouve au 4.

En autobus : bus 153 (à partir du RER) jusqu’à l’arrêt “La Montjoie” ; traversez l’avenue du président Wilson et rejoignez la rue de La Montjoie puis la rue de la Croix Faron.

Depuis la station de métro « Porte de la Chapelle » : bus 153 ou 302, arrêt « La Montjoie » ; prendre la rue de La Montjoie puis la rue de la Croix Faron.

Depuis la station de métro « Saint-Denis Porte de Paris » (ligne 13) : bus 153, arrêt « La Plaine Stade de France RER » (reportez-vous aux indications « à pied, depuis la sortie du RER »).

Au 4 rue de la Croix Faron, appelez la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord par l’interphone. Appuyez sur les flèches jusqu’à ce qu’apparaisse le nom de la MSH Paris Nord et sonnez. Une personne de l’accueil vous ouvrira. Montez au 1er étage, prenez le patio et entrez dans le “Hall Nord”. Montez au 2e étage. Des flèches vous permettent de trouver rapidement la MSH Paris Nord.

TAIEB Hannah

Courriel : htaieb (at) ciee.org

Thème de recherche : Différences franco-américaines – Education internationale

Titre et résumé du travail de recherche en cours :

Organisation des échanges franco-américains entre étudiants, professeurs et acteurs sociaux intéressés par le handicap, les cultures sourdes, les langues des signes, et l’éducation spécialisée.

Institution de rattachement : Council on International Educational Exchange (CIEE Paris) – Centre Parisien d’Etudes Critiques

Discipline : Anthropologie – Education internationale

Statut : Directeur d’un programme d’échange, professeur