Le handicap au regard de l’intimité – 2ème journée du GT Handicap(s) – Appel à communications

APPEL À COMMUNICATIONS

Journée d’étude interdisciplinaire « Le handicap au regard de l’intimité »

21 janvier 2013 – Lille

Le Groupe de travail Handicap(s) du Réseau des jeunes chercheurs Santé et Société lance un appel à communications pour sa journée d’étude interdisciplinaire « Le handicap au regard de l’intimité ».

 L’intimité recouvre une extrême diversité de domaines, de situations et d’enjeux, tant les sens qu’elle prend sont variables d’une personne à une autre. Dans le champ des sciences humaines et sociales, la notion d’intimité est souvent associée à celle de vie privée. Cependant, cette dernière renvoie davantage à une notion politique, alors que la première renvoie à une activité sociale (Bawin, Dandurand, 2003), un territoire réservé « à soi », ou « à nous », dans lequel autrui ne peut a priori entrer que s’il y est invité (Neuburger, 2000).

 Les procédés par lesquels ce territoire est (re)créé sont multiples. Ils peuvent mettre en jeu le corps (Le Breton, 2008), la sexualité et l’amour (Giddens, 2004), l’espace (Mallon, 2004), les conditions matérielles d’existence (Le Borgne Uguen & Pennec, 2000), etc. Ses contenus sont tout aussi divers. L’intimité peut notamment se (re)créer dans la production et la conservation d’un monde commun, ou personnel, dans la reconnaissance offerte par un proche, ou encore dans le dévoilement et le partage de ses secrets avec autrui. Le type d’intimité joue alors sur les contenus qu’elle nécessite, car l’intimité est plurielle : elle peut être personnelle, conjugale, amicale, familiale, professionnelle, etc.

 L’objectif de cet atelier est d’interroger ce que l’expérience du handicap, au sens large, questionne et implique aux niveaux de la (re)définition, de la (re)construction, du maintien et de la perte de l’intimité. Dans cette perspective, les jeunes chercheur.e.s sont invité.e.s à proposer une communication s’inscrivant dans l’un des quatre thèmes suivants.

Thème 1 : Partager l’intimité

 Les personnes présentant une déficience et/ou un handicap d’apparence (Le Breton, 1991) sont, dans de multiples situations (par exemple lors d’un soin à domicile ou lors d’un séjour en centre de rééducation), amenées à faire entrer autrui dans leur intimité, à la partager. Ce partage n’est pas spécifique aux personnes handicapées, en revanche, l’expérience du handicap modifie ses contours. Elle oblige à un partage (plus étendu) de certains domaines de l’intime, qui n’est pas sans incidence pour la (re)construction de soi, mais aussi sur les rapports entretenus avec autrui. Si ce partage peut être vécu librement et positivement – notamment lorsqu’il permet une meilleure compréhension auprès d’autrui de l’expérience personnelle du handicap – ce partage peut également être vécu négativement et sous le mode de la contrainte, parfois jusqu’au point d’être ressenti comme une humiliation et une absence de reconnaissance de soi (Honneth, 2006). De nouvelles stratégies de défense de l’intimité peuvent alors émerger, que ce soit pour défendre l’intimité de la personne handicapée, ou celle des personnes avec qui elle est en lien. De nombreuses questions se posent ; certains types et domaines d’intimité sont-ils plus difficiles à (faire) partager que d’autres ? Quelles pratiques (dé)favorisent ce partage ? Certains cadres (sanitaires, spatiaux, relationnels, etc.) le limitent-ils ? Pour quels motifs et enjeux, la personne handicapée, et les individus en relation avec celle-ci, refusent-ils parfois ce partage ? La lourdeur de la déficience, ainsi que certaines variables (comme le milieu social, le genre, le capital économique, etc.) jouent-t-elles un rôle dans la possibilité de ce refus ?

  Thème 2 : L’intimité au fil du temps et des objets

 L’intimité est un territoire qui, s’il peut être étudié à partir d’un cadre ou d’un moment donné, peut également l’être sous l’angle de ses changements et de son évolution à travers le temps. Au fil des âges, des parcours dans les institutions, des étapes dans la rééducation, ou encore de la trajectoire des relations avec les proches et les personnels médicaux, l’intimité reste rarement inchangée. Elle peut s’user, se détériorer, tout comme se renforcer, ou faire intervenir de nouveaux éléments qui participent à sa (re)définition. Certaines temporalités, par exemple lors d’un séjour en institution, sont-elles alors plus propices que d’autres à la (re)construction d’une intimité ? La durée des séjours en institution joue-t-elle sur l’intimité ? La succession des atteintes à l’intimité de la personne handicapée, et parfois à celle des autrui qui partagent sa vie, fini-t-elle par avoir des conséquences au-delà du domaine de l’intime ? De quelles façons le temps influe-t-il sur l’acceptation, ou le refus, du dévoilement du corps intime de la personne handicapée ? La définition de l’intimité pouvant être multiple, les objets prolongeant le corps afin de remédier à une situation de handicap (par exemple une prothèse, un fauteuil roulant) peuvent parfois être adjoints à l’intimité par leurs utilisateurs. De même, l’intimité ne se situe pas seulement au niveau du corps biologique : celle-ci peut aussi être appréhendée à travers les objets constitutifs du quotidien de la personne en situation de handicap. Par exemple, dans le cas du prolongement du corps par un appareillage, une prothèse ou un fauteuil roulant. Le temps et la durée de l’utilisation jouent-t-ils sur l’incorporation de ces objets dans le domaine de l’intime ? Le recours répété aux objets de l’univers du handicap conduit-il à une plus grande acceptation de ceux-ci dans l’intimité ? Quels rôles jouent ces objets vis-à-vis de l’intimité de la personne handicapée ?

  Thème 3 : Un droit à l’intimité ?

 L’intimité sera ici considérée dans ses relations avec le droit, ses (possibles) évolutions législatives et ses effets sur les pratiques. Alors que le respect de la vie privée et de la liberté sexuelle sont désormais des droits affichés et revendiqués, l’intimité n’est pas pour autant devenue une zone de non-droit (Py, 1999). En France, l’article 9 du Code civil précise que « chacun a droit au respect de sa vie privée. Les juges peuvent (…) prescrire toutes mesures (…) propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l’intimité de la vie privée ». Mais le handicap semble parfois compliquer les choses, obligeant le législateur à préciser l’esprit de la loi. La loi 2002-2 va rappeler que « toute personne prise en charge par des établissements et services sociaux et médico-sociaux [se voit assurer] le respect de sa dignité, de son intégrité, de sa vie privée, de son intimité et de sa sécurité », alors que quelques années plus tard la loi 2005-102 précise que « les établissements et services [… doivent assurer] un milieu de vie favorisant l’épanouissement personnel et social. ». Ainsi, l’idée de permettre à tout un chacun d’avoir son intimité, quelles que soient les conditions de vie, semble faire son chemin au niveau législatif. Alors que le poids de l’institution rend parfois difficile l’accès à cette pleine intimité (Giami, Colomby, 2008) de nombreux acteurs (associatifs, professionnels, politiques) vont se mobiliser pour modifier les lois et favoriser ainsi l’accès aux diverses intimités (corporelle, sexuelle, conjugale, familiale, spatiale, etc.) : éducation à la sexualité, mobilisation autour, de la contraception, de l’accompagnement sexuel, etc. Les propositions sont multiples.

Quels sont les effets réels de ses lois ? Les éventuels arrangements avec la loi ? Quelles sont les évolutions/innovations législatives en cours ? Qu’en est-il des mobilisations autour de ces thèmes ? De même alors que la notion de « santé sexuelle » – qui fait de l’intimité sexuelle l’un des vecteurs du bien-être qu’il convient désormais de rechercher (OMS, 1975) –, est promue et revendiquée au niveau international, qu’en est-il de sa véritable application dans le champ du handicap ? Et quid de la situation hors de France ?

  Thème 4 : Représentations de l’intimité

 Comment se représente-t-on l’intimité des personnes handicapées ? La diversité des représentations est inscrite dans de nombreux domaines, tels que les œuvres littéraires et cinématographiques, les arts du spectacle vivant, etc. Cet axe se propose d’interroger les représentations de l’intimité autour de deux domaines. Tout d’abord, celle des représentations sociales : l’intimité de la personne handicapé est l’objet de représentations qui la dépasse, comme le montrait déjà Giami au début des années 80 à propos de la sexualité des handicapés mentaux du point de vue des professionnels et des parents (Giami, 1983). Que ce soit de la part des proches, des professionnels, des personnes en situation de handicap elles-mêmes, ou bien, par exemple, dans les œuvres littéraires ou cinématographiques, quelles sont ces représentations de l’intimité ? Par ailleurs, une attention tout particulière sera portée aux analyses liées aux arts du spectacle vivant et de la scène, qui permet d’entrevoir le corps handicapé à travers les difficultés de sa représentation. En effet, l’atypisme du corps s’impose au regard et peut devenir objet de rejet ou de fascination. Si l’on considère la déficience, et ses atteintes, comme faisant partie intégrante de l’intimité de la personne, comment cette dernière est-elle appréhendée dans un espace qui donne à voir, telle la scène artistique ? Le fait de mettre en scène l’intimité des personnes handicapées renvoie-t-il à une forme d’exhibitionnisme ou bien à un dépassement de la stigmatisation du corps handicapé ? La relation au public, qui appréhende le handicap à travers la création artistique, permet-elle d’ouvrir le regard du spectateur et de l’entraîner (de façon intime) dans le corps de l’autre ?

 Indications bibliographiques

 Bawin B., Dandurand R. (dir.), « De l’intimité », Sociologies et sociétés, vol. 35, n°2, 2003.

Colomby (de) P., Giami A., « Relations sociosexuelles des personnes handicapées vivant en institution ou en ménage : une analyse secondaire de l’enquête, (HID) ». ALTER, 2, pp. 109–132, 2008.

Giami A., Humbert C., Laval D., L’ange et la bête : Représentations de la sexualité des handicapés mentaux chez les parents et les éducateurs, Paris, Editions de CTNERHI, 1983.

Giddens A., La transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes [1992], Paris, La Rouergue/Chambon, 2004.

Honneth A, La Lutte pour la reconnaissance [1992], Paris, Le Cerf, 2000

Le Borgne Uguen F., Pennec S., L’adaptation de l’habitat chez des personnes ( de plus de 60 ans ) souffrant de handicaps et / ou de maladies et vivant a domicile, Mire, 2000.

Le Breton D., Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 1990.

Le Breton D., « Handicap d’apparence : le regard des autres », Ethnologie française, 21, 3, 1991.

Mallon I., Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Rennes, PUR, 2004.

Neuburger R., Les territoires de l’intime : l’individu, le couple, la famille, Odile Jacob, Paris, 2000.

O.M.S., « Education and treatment in human sexuality: The training of health professionals », Report of a WHO Meeting, 1975.

Py B., Le sexe et le droit, PUF, Paris, 1999.

 

 Les propositions de communication, de 2000 signes environ, devront préciser l’objet de la réflexion ou de la recherche (avec le(s) corpus et la ou les méthodes utilisées), et contenir les informations suivantes sur la/le chercheur(e) : nom, prénom, statut, discipline, affiliation, adresse e-mail et numéro de téléphone. La journée est organisée à destination des jeunes chercheur.e.s. Il est entendu par jeunes chercheur.e.s des personnes en master 2, doctorat, docteur.e ayant récemment soutenu.e, ou post-doctorant.e.

 Les propositions sont à envoyer à gthandicaps@gmail.com avant le 1er octobre 2012. Les communications seront sélectionnées et les auteur.e.s prévenu.e.s à partir du 15 octobre 2012.

 La journée d’étude aura lieu le 21 janvier 2012 au CLERSÉ à l’Université des Sciences et Technologies Lille 1. Une prise en charge financière des déplacements des communicant.e.s sera mise en place. Pour tout renseignement : gthandicaps@gmail.com

 

 

Comité scientifique et d’organisation

Aurélien Berthou – doctorant au CERLIS – Université Paris Descartes

Pierre Brasseur – doctorant au CLERSÉ – Université Lille I

Marie Le Clainche-Piel – doctorante au GSPM – EHESS

Charlotte Ricci – doctorante au Laboratoire Scènes et Savoirs – Université Paris 8

Appel à contributions / Call for papers

« Handicap et Communication » MEI 36 / “Disability and Communication” MEI 36

Issue edited by Bernard Darras and Dannyelle Valente / www.mei-info.com

En 2011, le « Rapport Mondial sur le Handicap » publié par l’Organisation Mondiale de la Santé et la Banque Mondiale a fait remarquer que le faible accès à l’information et à la communication est un des principaux obstacles auxquels sont confrontées les personnes en situation de handicap.

Cet obstacle concerne aussi bien l’insuffisance d’informations adaptées (transports, accès au cadre bâti, etc.) que les difficultés d’accès à l’information, la culture et l’éducation.

Les situations de handicap se construisent donc dans un environnement pauvre en services adaptés et avec des médias d’information et de communication inadaptés. Elles sont également dépendantes des regards négatifs de la société, des préjugés et des croyances établies sur les préconceptions de manque et de maladie.

La revue MEI (Médiation Et Information) va consacrer son numéro 36 aux recherches traitant des relations positives et/ou négatives entre handicap, communication, médiation, cognition, et culture.

_____

In 2011, the WHO (World Health Organisation) and the World Bank published the first ever World Report on Disability. It placed emphasis on the fact that limited access to information and communication is one of the main obstacles facing disabled persons today.

This obstacle is the result of inadequate information (in public transportation, built environments, etc.), combined with a lack of access to information, education and culture.

Therefore, disability situations are built upon an environment lacking in appropriate services compounded with inadequate information and communication media. Additionally, disabled persons are faced with a negative image, prejudices and beliefs based upon preconceived notions of deficiency and disease.

MEI (Médiation Et Information) volume 36 sets out to explore the interaction between disability, communication, mediation, cognition and culture.

_____

Propositions d’article (en anglais ou en français) à soumettre avant le 10 juillet 2012.

Submit your abstract proposal (in french or english) until 10th July 2012.

_____

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter l’appel à contributions ci-joint :  Appel Communication&Handicap

For more details, please see the attached file : Call for papers Disability&Communication

Financement de doctorat / Université Catholique de Lille

Un poste d’assistant(e)-doctorant(e) à temps plein est à pourvoir au sein de l’Unité de Recherche HaDePaS (Handicaps, Dépendance et Participation Sociale), équipe
pluridisciplinaire en SHS attachée à l’Université Catholique de Lille. Ce poste concerne le
financement pour 3 ans d’une thèse dont le projet porte sur les aspects de contexte cidessous.
Ses détails et sa définition plus avancée seront discutés avec les candidats lors des
auditions de recrutement.

Date limite : 15 septembre 2012

Pour tous renseignements, joindre :
cedric.routier@icl-lille.fr – (+33 à l’international) 03-20-13-41-19

Description détaillée du profil au format PDF : Profildepostedoctorant_2012

Appel à communication revue Canadian Graduate Journal of Sociology and Criminology

RCESSC lance un appel à communications pour notre premier numéro (été 2012)

La Revue canadienne des études supérieures en sociologie et criminologie (RCESSC) est une revue ouverte et bilingue, dont les articles sont évalués par des pairs. Cette revue en ligne hébergée par l’Université de Waterloo est publiée deux fois par année. Fondée par des étudiants et des étudiantes de doctorat, elle s’adresse d’abord aux étudiant(e)s des cycles supérieurs des niveaux de la maîtrise et du doctorat. La RCESSC s’engage à collaborer avec l’ensemble de la communauté universitaire dans le but d’améliorer le développement de l’étudiant(e) des cycles supérieurs. Son objectif est de repousser les limites du savoir en offrant aux étudiant(e)s un environnement où ils peuvent partager des idées de recherche nouvelles et innovatrices et des occasions de réseautage avec l’ensemble des étudiant(e)s du Canada. L’un de nos deux prochains numéros semestriels sera produit en association avec la Conférence des étudiant(e)s des cycles supérieurs sur les réalités émergentes (The Emerging Realities Graduate Student Conference) qui est organisée chaque année à l’automne par l’Université de Waterloo. La RCESSC est ouverte à une grande variété de domaines de recherches à l’intérieur de la discipline de la sociologie et de la criminologie, où toutes les théories et les méthodes sont les bienvenues.

La Revue canadienne des études supérieures en sociologie et criminologie (RCESSC) est toujours à la recherche de propositions de recherche empirique originale pour son édition inaugurale. Le cadre de la RCESSC a un caractère délibérément général de manière à offrir à une grande variété d’étudiant(e)s des cycles supérieurs l’occasion de proposer leur recherche pour une publication. Des exemples de propositions acceptables cet automne à l’intérieur du mandat de la revue sont, mais ne sont pas limités, aux domaines suivants : des exposés théoriques, des articles conceptuels, des analyses critiques, des études de fond et des résumés de livre. Nous acceptons les méthodologies qualitative, quantitative et des méthodologies mixtes. Notre objectif est de publier des articles judicieux et empiriques bien rédigés, qui enrichissent la connaissance collective dans les disciplines de la sociologie et de la criminologie.

La RCESSC sollicite des articles des étudiant(e)s des cycles supérieurs qui participent à des recherches dans diverses disciplines qui peuvent être reliées à la sociologie et à la criminologie. Tous les étudiant(e)s des cycles supérieurs appartenant à domaines pertinents aux sciences sociales, comme les sciences politiques, l’histoire, la psychologie, les études religieuses, les études des femmes, les études du travail, les sciences de la santé, l’économie, l’anthropologie, sont encouragés à proposer des articles qui établissent un lien direct à la sociologie et à la criminologie.

Nous invitons l’ensemble des participant(e)s à ouvrir une session sur le site Web de notre revue pour examiner notre énoncé de mission et les lignes directrices pour soumettre vos articles. Les articles soumis sont traités de manière sécuritaire et efficace par le biais de notre logiciel de gestion de la revue intégré à notre site Web.

Colloque d »Agir pour le care » – Ethique du care et Handicap – 7 juin 2012 à l’Institut Océanographique de Paris

La loi de 2005 a contribué à transformer la conception du handicap en plaçant, en son centre, la question de l’égalité des chances et de la citoyenneté des personnes. Les nouvelles analyses et actions développées notamment par les personnes en situation de handicap offrent ainsi une occasion de discuter des conceptions de l’autonomie et de
la citoyenneté proposées par les théories du care.  Comment l’éthique du care contribue-t-elle à questionner les politiques publiques et les cadres réglementaires qui organisent les vies des personnes confrontées à ces situations de handicap ? En s’appuyant sur quelles pratiques dans les organisations de soins et les familles ?

Débats autour de deux tables rondes avec des intervenants de sciences humaines (P.Paperman, I.Ville, S.Chavel,…) axés sur le  » handicap, autonomie et citoyenneté » et les  » pratiques de care et institutions face aux situations de handicap ».

Jeudi 7 juin 2012 de 9h00 à 17h00
Institut Océanographique Grand Amphithéâtre
195 rue Saint-Jacques 75005 Paris
Participation gratuite (places limitées)

http://www.aprionis.fr/jahia/webdav/site/internet/shared/le%20Groupe/nos%20engagements/Programme.pdf

Atelier – le 4 mai avec Jean-Philippe Heurtin « Les propositions d’engagement enthousiastes du Téléthon »

L’atelier « Emotions et sentiments moraux » se tiendra vendredi 4 mai à partir de 10h en salle 670 de l’EHESS (190-198 av. de France, 75013 Paris).
Les participants à l’atelier discuteront avec Jean-Philippe Heurtin son article récent « Les propositions d’engagement enthousiastes du Téléthon ».
Cet atelier multidisciplinaire prolonge le projet de même nom qui a été retenu pour les prochaines journées d’études de l’Institut Marcel Mauss (EHESS/CNRS). Il est ouvert à tous les intéressés.

Conférence-débat 2 avril 2012 : La politique étrangère de la France en matière de droit des personnes en situation de handicap

Lundi 2 avril 2012
à partir de 18 h

Accès Universel, en partenariat avec la Maison de Victor Hugo, a le plaisir
d’accueillir le Ministère des Affaires étrangères et européennes pour une conférence-débat intitulée « La politique étrangère de la France en matière de droit des personnes en situation de handicap ».

Programme

· 18 h 00 : Accueil des participants

· 18 h 15 : Discours de Gérard Audinet, Directeur de la Maison de Victor Hugo et de Roland Dreyfus, Président d’Accès Universel

· 18 h 30 – 19h15 : Intervention de  Jean-François Baffray qui représentera la Direction des Nations Unies, des organisations internationales des droits de l’homme et de la Francophonie du Ministère des Affaires étrangères et européennes.

M. Baffray présentera la politique étrangère de la France en matière de droits de l’homme et, plus particulièrement, de droit des personnes en situation de handicap, le système international de protection et de promotion des droits de ces personnes et les programmes de soutien mis en oeuvre par le Ministère en faveur de la société civile.

-> Accessible aux personnes à mobilité réduite
-> Boucle magnétique
-> Interprétation simultanée en LSF

Merci de confirmer votre présence par retour de mail avant le 30 mars 2012
Contact : Coppelia Seguin – 01 47 63 23 89 – coppelia.seguin@accesuniversel.eu

L’invitation en PDF : http://gthandicaps.hypotheses.org/files/2012/03/invitation-AU_020412.pdf

Voir aussi le site Web de l’organisateur : http://www.accesuniversel.eu/

Séminaire IFRH « Enquêtes handicap-Santé »

Séminaire mensuel de l’IFRH – MSSH

236 bis rue de Tolbiac 75013 Paris

 

9ème séance : Le Lundi 02 Avril 2012

Clémence Palazzo (INSERM):

Etude de la contribution respective des maladies chroniques dans le handicap en France

Véronique Nichèle (INRA) :

Etude sur les liens les liens entre obésité et santé mentale

 

10ème séance : Le Jeudi 24 Mai 2012 

11ème séance : Le Lundi 25 Juin 2012

Merci de leur indiquer si vous avez l’intention de participer à cette séance à l’adresse :gestion-handicap-sante@listes.ined.fr ou à raphaelle.marie@ehesp.fr

L’intérêt du séminaire réside dans les échanges entre équipes ; nous vous incitons à présenter vos travaux, même en cours, à l’une de ces séances.

Prenez contact à l’adresse suivante raphaelle.marie@ehesp.fr pour leur faire part de vos projets éventuels.

Séminaires de l’EHESS

Le séminaire « approche sociohistorique du handicap : catégories, pratiques et politiques » organisé par JF Ravaud, I. Ville et M. Winance se déroule les 1er et 3e mardis du mois de 17 h à 19 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris) : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/809/

Le séminaire de formation à la recherche sur le handicap s’adresse principalement à des doctorants et post-doctorants engagés dans un travail de recherche en lien avec la question du handicap. L’objectif est la mise en réseau de jeunes chercheurs intéressés par ce domaine scientifique en émergence. Il se déroule un mardi par mois de 13 h à 17 h (MSSH, 236 bis rue de Tolbiac 75013 Paris), les 25 octobre, 22 novembre 2011, 24 janvier, 28 février, 17 avril et 22 mai 2012 : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/843/

Le séminaire Mobilisations et identités collectives dans le champ du handicap et de la santé est organisée par E. Fillon, JF Ravaud et I. Ville. Ce séminaire organisé par l’EHESP et l’EHESS a lieu les 2e mardis du mois de 14 h à 17 h (MSSH, 236 bis rue de Tolbiac 75013 Paris), les 11 octobre, 8 novembre, 13 décembre 2011, 10 janvier, 14 février, 13 mars, 10 avril et 12 juin 2012. http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/846/

Séminaire de lecture des classiques des sciences sociales de la santé

Un nouveau séminaire de lecture des classiques des sciences sociales de la santé débutera au mois de mars à l’EHESS.

La première séance est prévue pour le mercredi 7 mars 2012 de 15h à 17h (salle des artistes, 96 bd Raspail, Paris) : Introduction. Qu’est ce qu’un classique des sciences sociales de la santé ? Présentation du corpus.

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/1240/